Des histoires fantastiques et des contes vécuent lors de mes parties de jeux de rôle. Bonne Lecture!

jeudi 24 mai 2018

Campagne onirique de l'Appel de Cthulhu : le journal d'Arram "Mémoire du 1er Chat du Roi du crépuscule" : chapitres 1 et 2



Les personnages de la campagne et leurs changements de corps c'est par ici ^^

Introduction: le jour du Chat

Il y a des moments, des points de la Destinée, des moments d'éternité qui changent la vie des Hommes, pour le meilleur et le merveilleux. Il est très délicat de bien reconnaître ces moments et souvent les humains ne les voient même pas.

Pourtant, ce matin ensolleillé, le quai d'Ilek-Vad, la cité du Crépuscule, allait être de ces moments pour trois rêveurs perdus...

Mais avant de revenir sur ce moment crucial pour eux, je vais prendre le temps de me présenter aux lecteurs de mes mémoires: je suis Arram, 1er chat du roi du Crépuscule Randolph Carter, le plus puissant des rêveurs. Je suis son bras droit depuis maintenant trois ans suite à une victoire de mes armées chats sur la Lune, bataille où mon honneur me commanda d'aller là où nul chat n'avait osé aller! Mais les autres chats ne comprirent pas la justesse de mon acte et je fût donc banni...

On n'est jamais prophète dans son propre pays ^^

Physiquement? Je suis un maine coon qui allie la puissance à un bord de tête des plus nobles et, je dois te l'avouer cher lecteur, je ne laisse pas non plus insensibles ces dames chats, ou humaines également.

Mais retournons à ce point de la destinée, ce moment d'éternité où tout change pour les rêveurs.

Nos amis:
- Darrel une magnifique jeune femme, les bras couvert de tatouages au henné et un de ces regards...
- Tony, un homme au corps couvert de tatouage qui, il me semble, vient d'une lointaine terre au Nord, réputé pour ses assassins,
- Howard, un ancien gladiateur, fourbu par les combats mais encore en pleine force de l'âge.

Ils descendent donc tous les trois d'un bateau, perdus, ne sachant pas vraiment quoi faire quand la Destinée leur a donné la chance de me rencontrer lors de ma tournée d'inspection des quais. Certain diront que c'est la chance mais je pense plutôt qu'il était temps qu'une puissance supérieure aide ces pauvres rêveurs perdus.

Les prenant sous ma protection, je décide de les conduire à travers la ville jusqu'au palais du Roi.
Ils sont vivement impressionné par cette traversée. En effet notre bonne ville est figée dans un moment d'éternité, au coucher du soleil et le temps ne passe plus.

Ce Tempus fugit est l'oeuvre de notre Roi et la ville est issue de sa puissante imagination: elle n'est que cristal et pierres précieuses, les allées sont d'un marbre éclatant et  immaculé, souvent une rue étroite s'ouvre sur une venelle permettant d'entrer dans un petit parc avec une magnifique fontaine d'eau claire et juste le bruit des oiseaux, les habitants ne sont jamais malades et semblent toujours souriant, bref on comprendra pourquoi j'ai accepté d'être le bras droit de notre Roi.

Nous arrivons enfin au palais: 



Et je leur présente Randolph Carter: le Roi du Crépuscule:



Comprenant que ma légitime présence pourrait monopolisé l'attention, j'ai décidé de les laisser discuter entre eux de leurs affaires de rêveurs. 

Bien entendu j'ai bien senti le regard appuyé de la jeune femme sur ma personne quand je suis partit mais bon, je ne suis pas le chat d'une seule femme ^^

Chapitre 2: la Nuit qui n'a jamais existé

Ami lecteur, je dois vous avouer que ce chapitre est, à mon avis, le fruit d'une soirée un peu trop arrosée entre nos rêveurs (un Dieu extérieur, non mais des fois... ^^). Du coup je retranscrit ici les propos de la belle Darrel (pourquoi Darrel? c'est quand même assez moche comme prénom pour une dame...) enfin bref  voici le récit de cette soirée :

Randolph Carter nous invite à prendre un thé, café, boisson de notre choix, dans son bureau-pièce du palais, salon d'apparat? Les lieux semblent se modifier selon les souhaits de notre hôte, c'est assez perturbant au début.

Donc nous sommes chacun devant notre verre et Randolph Carter commence à nous raconter sa quête onirique: chaque POINT de son récit est accompagné de la REPRÉSENTATION CHOQUANTE des choses qu'il a dût affronter! Notre connaissance des secrets de l'univers fait un bond en avant mais notre esprit commence à se lézarder sous l'impact de ces révélations...

"Heureusement" qu'Howard a craqué et est tombé de sa chaise, traumatisé car sinon je crois que nos âmes auraient été dispersés par ces connaissances impies.

Et pourtant notre hôte est adorable, il ne s'est "juste pas rendu compte"...

Pendant toute la soirée, je remarque qu'il boit avec délectation une étrange boisson dorée et, il me semble qu'il a des attitudes d'un drogué en manque, signes que je reconnais hélas trop facilement. 

Il est temps d'aller se coucher et de rejoindre nos suites, suites qui ont une singulière particularité: elle s'adapte à nos besoins et imagination!

....

Dans la nuit, nous sommes réveillés par le bruit dune conversation lointaine entre Randolph et un interlocuteur qui ne lui réponds pas. Il semble être complètement délirant et promettre à son interlocuteur absolument tout contre... sa dose?

Nous arrivons dans une grande salle, un immense escalier en or monte au dessus d'une nuit abyssal vers un être colossal formé d'étoiles et de néant, devant lui, Randolph, en haut des marches, quémande sa dose et appelle cette silhouette Nyarlathotep, le messager des Dieux extérieurs!


Je décide de me précipiter pour sortir Randolph de sa transe et l'empêcher de vendre les âmes de son peuple contre une "dose".

Howard et Tony, eux, se retrouvent confronter à une chose serpentine monstrueuse qui fonce sur eux en quelques battements d'ailes anormales:



Le combat est désespéré...

Mais j'arrive à hauteur de Randolph et, en invoquant son nom, le sort de sa transe. 
Les choses changent alors:
- l'horreur qui affronte mes amis est tout simplement, d'un simple geste de la main, effacée de la Réalité par randolph,
- Nyarlathotep, son avatar, commence à diminuer de plus en plus et n'être plus qu'une poussière noire qui est facilement banni du monde des Rêves!

Randolph Carter est à nouveau lui-même!


Cher lecteur, vous comprenais maintenant pourquoi je doute fortement des récits de mes compagnons humains... L'alcool a encore fait des ravages ^^



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire