Des histoires fantastiques et des contes vécuent lors de mes parties de jeux de rôle. Bonne Lecture!

samedi 29 juillet 2017

Compte rendu de la campagne "Par-delà les Montagnes Hallucinées" sauce 1890: Livre I: Le départ


1er septembre 1892:

Nous retrouvons notre aliéniste Porter Schwartz, notre éthnologue Corey Fitzpatrick, Lady Ashcroft et son époux et sans oublier le lieutenant Greenwald. Ils sont logés à l'hôtel Océan, Plymouth.

Ils passent chacun devant Peter Sykes, guide polaire de l'expédition, pour essayer les tenues hivernales pesant plus de 8kg de fourrure et enduite d'une entêtante odeur d'huile. Les essaies sus le 20°C anglais devient vite un calvaire.

Peter leur explique, à nouveau, les bases de ces tenues et des sorties au pôle sud:
- les différentes parties de la tenue doivent couper toutes entrées d'air froid,
- il faut toujours surveiller son compagnon de sortie et signaler immédiatement toutes pertes de sensibilités ou l'apparition de lignes bleues sur le visage,
- l'importance des chaussettes pour éviter une amputation...

L'ambiance est donnée quand Peter illustre ses propos en montrant la partie gauche de son visage, "mangée" par le froid...

Puis c'est la visite médical devant le docteur Greene qui est ravie de compter un confrère dans l'expédition avec notre aliéniste. Les deux hommes prévoient passer du temps ensemble pour former un doublon si un malheur arrive à l'un d'entre eux.

Avant une séance photo, de plein pied: avec tenue polaire et tenue de ville. Le professeur More explique que ces photos serviront pour la presse mais, hélas, également pour honorer la mémoire d'un disparu.

L'après-midi c'est quartier libre:
- Notre Lady entame la rédaction d'un journal d'expédition,
- Notre aliéniste commence ses "fiches" sur les membres de l'expédition et se focalise sur les leaders, il évalue les éléments saillants de leur psyché pour anticiper les troubles que le stress risque de faire ressortir,
- Le reste de la fine équipe part voir le bateau: la Gabrielle et son dock de chargement protégé par deux "cordons" de police et un no-man's land pour repousser les curieux. L'activité est frénétique et nos ais ont du mal à comprendre comment un "si" petit bateau va pouvoir emmener 10 hommes d'équipages et les 15 membres de l'expédition...

Le soir c'est un repas avec l'ensemble des membres de l'expédition qui est donné à l'hôtel, camp retranché de l'expédition.

Pendant la soirée, notre aliéniste et notre lieutenant discutent avec le capitaine Vredenburgh qui, sous l'effet euphorisant de l'alcool, laisse échapper qu'il n'est qu'un second choix mais que l'autre candidat s'est suicidé...

2 septembre 1892:

8h c'est la conférence de presse dans le hall de l'hôtel: nos amis sont installés devant un parterre de journaliste et les deux leaders sur une estrade plus haut. Mais pour le mouvement l'estrade est vide et nos amis trouvent le temps long avec cette impression d'être une drôle de bête examiné par des journalistes prenant des notes au moindre mouvement.

Starkweather et Moore arrivent enfin et la conférence commence officiellement avec la présentation des membres de l’expédition puis du trajet vers le pôle sud avec à l'appui des cartes, des tirages photo du bateau et des explications très "feuilletonesque" de Starweather.

Puis c'est le début des questions/réponses avec la presse et tout semble rouler quand un jeune journaliste lève la main et pose LA question: Pourquoi repartez-vous vers une destination qui a connu la mort de la quasi-totalité des membres de la précédente expédition? Sachant qu'un des derniers survivant, la capitaine Douglas, s'est suicidé la semaine dernière?

Le silence est lourd, palpable puis c'est la fureur qui commence à se faire sentir: James Stakweather tance le jeune homme et lui demande si il faut immédiatement empêcher le monde de tourner de peur de découvrir quelque chose? Alors oui il y a des dangers mais la science n'avance pas avec des trouillards et de jeunes imbéciles qui ont peur de leur ombre!

Le journaliste est congédié.

Moore tente de "rattraper" les choses en levant un toast à la grandeur de l'empire britannique et de l'expédition qui reposent sur la science et non sur (mais ne termine pas sa phrase).

Le départ est annoncé dans 15j soit le 17 septembre.

Dans l'après-midi nos investigateurs (Aliéniste et Ethnologue) décident de rendre une visite au jeune journaliste à son bureau en ville. Ils le retrouvent facilement en train de préparer son carton après un licenciement sec. Il demande à nos amis de ne pas partir pour une expédition qui a pris la vie de tant d'hommes et brisée les autres au point de n'être que des épaves ambulantes, bavant dans des sanatorium...

Ça commence à faire beaucoup pour nos amis qui se rendent à l'hôtel pour obtenir des explication sur ce "plateau Dyer" et l'expédition Lake". Moore les reçoit dans sa chambre mais, pour ne pas attirer l'attention, leur donne rendez-vous le soir au fumoir de l'hôtel.

Après le dîner, Porter et Corey, rejoignent discrètement le professeur Moore et attendent des explications. Le professeur Moore leur explique donc qu'ils ont été choisit pour leurs compétences professionnelles mais également car il a entendu parlé d'eux suite à d'étranges affaires. Il est important pour le professeur d 'avoir des gens qui ont déjà connu des situations perturbantes. En effet, l'expédition Lake, elle, n'avait pas pris ce genre de sécurité et quand la folie a frappé sur la glace, les hommes se sont effondrés et sont morts...

Le plateau Dyer? C'est le point important de l'expédition car Lake, avant de sombrer, a noté dans son carnet d'expédition avoir trouvé les traces d'une route et donc d'une civilisation humaine. Le professeur Moore leur montre alors des calques papiers de ces traces mais également des fossiles de fleurs retrouvées.

Il doit quand même avoué que la fin du carnet, conservé aux Etats-Unis, montre également la chute mentale du professeur Lake quand il affirme avoir vu une sorte de tour sur le plateau de Dyer...

Nos amis quittent le professeur après avoir juré le secret sur cet échange.

4 septembre 1892:

Le réveil est beaucoup moins serein ce matin: James Starkweather est en fureur et hurle à la S.... et autres noms d'oiseaux. Il passe comme une furie dans le couloir des chambres et on entends ses cris dans l'escalier...

Nos amis découvrent la nature de l'ire de James: Acacia Lexington et son expédition sont partis ce matin de New-York vers le camp Lake, Pôle Sud!

James arrive à reprendre son calme et devient bien plus froid: convocation des membres de l'expédition dans une heure, grande salle de l'hôtel!

Une fois tout le monde, James expose les deux points suivants:
- La Lady Ashcroft se charge de trouver une scientifique pour l'expédition et prépare la contre-attaque médiatique,
- Le départ est avancé au 11 soit dans 6 jours!

Dans l’après-midi c'est donc une jolie rouquine: Charlène Whitston, botaniste, qui rejoint l'expédition et, surtout passe tout son temps avec la lady et les photographes de la presse.. La première page est assurée par ces dames.

Pendant ce temps nos amis, eux, participent au chargement d bateau: la vitesse est accrue et la mise en bulle" des membres de l'expédition décrétée: les au revoir aux familles sont faits et les autorisations de sortie de l'hôtel et le temps libre supprimés.

A la place d'une prise de conscience tranquille de l'arrivée du départ, nos mais sont confrontés à un changement brutal et accommodation se fera sur le trajet...

5 et 6 septembre 1892:

Sur ces deux matinées, nos amis reçoivent des lettres d'avertissement: une première très mystique parlant de "prison, de "dieux" et d'autres horreurs mortes. La seconde est plus lapidaire est leur promet la même fin que la capitaine Douglas...

Ils alertent Moore qui est déjà au courant car il a lui aussi reçu le même genre de "gentilesse".

Normalement ici, dans la trame officielle de la campagne, il faut ajouter deux chapitres complets. Je préfère les retirer pour garder la sensation d'urgence du départ, la précipitation et la menace qui rôde.

11 septembre 1892:

La Gabrielle prends la mer, direction les Canaries, puis l'Afrique et ensuite, l'inconnue!














Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire