Des histoires fantastiques et des contes vécuent lors de mes parties de jeux de rôle. Bonne Lecture!

dimanche 2 avril 2017

Pendragon: la saga de Sir Elad fils de Seriol, l'enfant des marais

Un nouvel épisode de la saga de sir Elad, une vraie quête pur aller occire une bête mais comme beaucoup des supers scénarii de Pendragon, les choses vont être un peu plus compliqué...



Nous sommes convié à une réunion en présence du roi Uther. Il va envoyé une partie de son armée en Petite Bretagne et une autre vers les terres du duc de Cornouaille car il veut endiguer l'avancé des troupes saxonnes mais également s'assurer de la "véritable" loyauté du duc.

Nous accompagnons donc le détachement  et, une nuit, nous faisons halte aux bords d'un marais, immense et étouffant.

Cette même nuit, sous l'impulsion d'un de mes compagnons d'armes, nous nous retrouvons dans la tente du roi... Ce dernier, sur les conseils de Merlin, nous confie une mission: faire cesser la menace qui pèse sur ces marais. La mission est d'importance car le duc en a fait une condition à son allégeance.

Et donc nous allons partir pour ça:


A peine le début de notre périple en canot et ce petit vilain MJ et son sourire quand il demande si quelqu'un a pris la compétence "canotage" . Mais bien-sûr juste après nage et broderie ^^ et donc ça manque pas Sir Simon fumble et hop à la flotte aux prises avec une saloperie...

Nous arrivons à suivre le "combat" et arrivons sur une berge puante et devant un trou béant dans la vase où les marques de combat se poursuivent (Le copain a enchaîné une suite constante de réussite et à réussi à survivre aux bêtes sanguinaires!).

Au moment où nous retrouvons Sir Simon, les créatures nous attaquent: une sorte de chose gonflée d'eau saumâtre, gueule de poison hérissés de crocs et des nageoires aiguisés comme des rasoirs. Bref, charmant!

Sir Simon se défend et écrase à mains nues l'horrible chose. Sir Elias de même, avec une sauvage facilité.

Sir Cadfael, lui, engage un combat compliqué contre une des créatures et, sur une maladresse, lui ouvre une ouverture aux conséquences désastreuses.

Et, ici commence la complainte du joueur de Sir Cadfael: le personnage a perdu un nombre important de points de vie et à cocher la case "besoin de chirurgie" suite au fumble de Sir Owain... Et donc, la question lancinante va être: mais qui a un bon score en "médecine"? Et MJ j'ai regagné des PV là? ad nauseam...

Après avoir brûlé les oeufs, nous retrouvons nos écuyers et là, je rate mon jet en fier, et lui explique par le menu comment nous avons combattu des centaines de monstres...

Nous traversons la "grotte" et nous retrouvons dans une partie moins dense des marais. Plus loin nous arrivons sur un chemin et, là, assis sur un rocher, un jeune homme serre contre lui un bouclier éclaté et, à ses pieds, des cadavres...

Il s'appelle Bérel et semble passablement perturbé et marmonne dans sa barbe des mots incompréhensibles. Il souhaite nous emmener à "tour blanche", son village dont il est le "chasseur de bêtes".

Avant de partir, avec Sir Owain, nous donnons une sépulture décente à ces malheureux.

Le deuxième soir, en compagnie de Bérel, il nous apprends qu'ils ont capturé une sorcière et enfermé dans la tour blanche. La veillée se termine sur une crise de larme de Bérel.

Dans la nuit, Bérel est pris de folie et cherche dans les bosquets une fée. Il ne trouve qu'une laie qu'il irrite passablement. La bête charge et c'est par chance que je sauve le fou et mon propre écuyer.

Le dément se place alors face à la bête qui charge et s'empale sur les défenses de l'animal. Il meurt presque sur l'instant.

Ne pouvant faire autrement j'affronte la bête furieuse et l'abat, seul.

Le lendemain, c'est donc d'une humeur passablement maussade que nous arrivons au village. Notre surprise est grande de voir les villageois heureux de nous voir et prendre la nouvelle du drame (5 morts quand même) avec un regard un peu absent.

Nous rencontrons Cynon puis le doyen du village Dwyai qui semble tous dans une sorte de torpeur bien heureuse.

La nuit tombant, je fais le souhait de me rendre dans chaque famille pour y apporter mon soutien et veiller à la sécurité des familles. De plus j'ai dans l'idée de vérifier une théorie: les gens du village sont sous l'effet d'un charme ou autre qui semble annihiler leurs passions.

Dans la nuit noire, il me semble entendre du bruit, j'ouvre la porte du logis où je me trouve et aperçois mes compagnons en train de discuter, dehors... Je referme la porte, fatigué des longues discussions.

En fait le joueur de Sir Simon a voulut se rendre en fu-fu chez la sorcière mais Sir Gadfael l'a entendu et l'a suivi, puis Sir Owain, puis Sir Elias et moi... Combo quoi ^^

Ma théorie se confirme et j'en discute le lendemain avec Sir Owain et tombons d'accord pour rendre visite à cette "sorcière".

Le matin donc, le village organise un tournoi pour désigner un nouveau "chasseur" qui doit rester au village. Sir Elias participe au tournoi... Et le gagne bien-sûr et est porté en "triomphe" à un banquet.

Pendant ces festivités relatives, Sir Owain et moi-même allons rendre une visite à la soi-disante sorcière. Notre entretien se déroule normalement et nous concluons que l'apathie du village n'est pas le fait de cette jeune femme. Pour éviter que les villageois la poursuivent nous lui promettons de lui servir d'escorte et la libérons de suite.

Nous quittons instamment le village par le nord et je demande à mon écuyer de prévenir nos amis. hélas ces derniers sont en plein festin et commence à subir les effets de l'apathie ambiante. C'est Sir Simon qui en découvre l'origine: Cynon drogue les gens du village au venin des créatures des marais, les rendant apathiques mais sans peine.

Sir Simon décide de laisser les choses en l'état et nous quittons donc tous le village.

A la nuit tombante nous arrivons dans un marais bien plus sinistre et (suite à la réussite d'un jet de chasse) je comprends que nous y sommes: l'antre de l'enfant des marais...



Le combat est violent mais surtout incroyablement "apathique" au fur et à mesure que le venin des bêtes des marais nous empoissonne.

Nous emportons une victoire bien triste et repartons, mission accomplie.

Pendant cette période d'apathie, Astrid, la jeune "sorcière", trouve un lieu de vie propre à ses habitudes et à son mode de vie.

FIN

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire