Des histoires fantastiques et des contes vécuent lors de mes parties de jeux de rôle. Bonne Lecture!

dimanche 28 novembre 2021

Mes lectures: novembre 2021

 Je débute ce mois de novembre avec un bon pavé des familles que j'ai galéré à finir. Pourtant c'est un excellent roman, une histoire d'horreur prenante mais bon 800 pages, il faut un peu de temps ^^


Duma Key

Editeur: Le Livre de Poche
Auteur:  Stephen King

Duma Key, je viens de finir ce pavé "à l'ancienne" du King et j'en suis encore secoué.

L'histoire d'un homme brisé, victime d'un accident de chantier, va tomber de Charybde en Scylla.

Oui c'est un de ses romans fleuves, long et exigeant mais tellement prenant. Oui l'horreur ne nous saute pas dessus en page 24, non l'histoire vous prend doucement à la gorge. On ne se méfie pas mais quand elle a commencé à serrer c'est trop tard pour vous ^^

L'auteur prend son temps, développe ses personnages avec minutie, on s'y attache et c'est là que le couperet tombe, sanglant.

C'est un de ses romans dans la veine "classique" du maître comme un "Ça" ou "Le fléau". Il mérite vraiment qu'on s'y attaque.

Bref, un gros coup de coeur pour moi. Une histoire d'horreur, sombre et prenante. Un très bon King !


Après ce gros morceau d'horreur, j'avais besoin d'un peu de fraîcheur et de voyage. Du coup j'ai pris un des romans que j'avais ramené des Utopiales: "Quitter les Monts d'Automne" d'Emilie Querbalec, de la SF et une autrice que je découvre, banco!



Quitter les monts d'Automne

Editeur: Albin Michel
Auteur:  Emilie Querbalec

Kaori est une jeune femme issue d'une famille de "conteurs" c'est à dire de personnes donnant corps au "Flux" à travers des histoires. Mais Kaori a grandi et elle n'est jamais devenue conteuse. Elle rêve et nous allons suivre son incroyable aventure.

Ce roman est une très belle histoire de Science fiction qui fleurte avec le roman initiatique avec des touches "à la Asimov".

Les personnages vivent et agissent. Ils ne sont pas que les vecteurs d'un message de l'autrice ou d'une fonction. C'est très agréable à lire et prenant.

La trame est peut-être un peu rapide mais c'est que j'aurais aimé ne pas laissé Kaori ^^

Un bémol assez paradoxal pour moi : moi qui ne suis pas fan de hard science, il y a un moment qui m'a fait un peu sourire, rien de grave mais bon (une histoire de 600ans).

Bref, un très bon roman de SF, passionnant que je recommande chaudement, en particulier à ceux qui veulent découvrir de la SF en douceur et poésie.

Bon après deux petits pavés, j'ai opté pour une petite pause so british, un choix sûr pour éviter le bourrage lecture ^^


Mr Parker Pyne

Editeur: Edition du Masque
Auteur:  Agatha Christie

Monsieur Parker Pyne est un recueil de 12 nouvelles concernant justement ce gentleman, M. Pyne qui se fait fort de vous rendre heureux !

Je ne connaissais pas ce personnage d'Agatha Christie. La découverte est absolument passionnante : on retrouve ce petit côté "cérébral" de notre enquêteur belge à moustache mais aussi la gentillesse d'une miss Marpple et une bonne dose de "metteur en scène".

Les histoires sont efficaces, reposent sur des travers assez commun mais résolu de façon ingénieuses et efficaces. Ça fonctionne parfaitement et on se prend au jeu des "enquêtes".

Une vraiment chouette découverte pour moi qui sort du policier so British classique. Bref, un sans faute ^^

En conclusion, un chouette mois de novembre et avec deux pavés en moins, ma PAL "semble" vraiment diminuer ^^

mardi 26 octobre 2021

Mes lectures: octobre 2021

 Octobre, le mois de l'Imaginaire et normalement un mois assez faste en lecture pour moi. Pour commencer j'ai donc opter pour un de mes univers préférés: le Paris des Merveilles!



Malfaiteurs du Paris des Merveilles

Editeur: Bragelonne
Auteurs:  Pierre Pevel, Charlie Eriksen, Bénédicte Vizier, Tiphaine Levillain, Irène Korsakissok, Annaïg Le Quellec

Pierre Pevel, l'auteur du Paris des merveilles, ouvre son univers à plusieurs autrices pour raconter leurs histoires. le lien entre ces histoires ? le monde des criminels.

Dans ce recueil, on va donc trouver 6 nouvelles (dont une de l'auteur qui "lance" le thème).

Je ne vais pas vous faire attendre : toutes les histoires sont vraiment passionnantes, bien écrites et rafraîchissante !

Il y a certes quelques "cameo" issue de la série du Paris des merveilles mais c'est très discret et ne gêne pas si on ne connaît pas la saga d'origine.

Bref, un excellent recueil dans un univers particulièrement prenant ! Il peut même servir de porte d'entrée avant de se lancer dans la trilogie d'origine du Paris des merveilles.


Pis ça sera tout pour ce mois d'octobre. Un tout petit mois de l'Imaginaire : j'ai un pavé en cours de lecture mais je n'avance pas...

Allez, plus que 400 pages ^^

lundi 4 octobre 2021

Campagne de l'Appel de Cthulhu: Le Jour de la Bête: Chapitre final: "L'éveil de la Bête"

 Nos amis sont de retour à New-York à la mi-février, après leur fuite éperdue de la "belle ville" de San Francisco.

Maintenant ils ont un objectif: empêcher le réveil de la Bête, lors du prochain équinoxe d'Automne (nuit du 21 au 22 septembre).

Nous retrouvons donc le groupe au complet pour débriefer et savoir surtout quoi faire ?


Simeon, poursuit ses recherches mystiques tout en passant beaucoup de temps avec son épouse et sa boutique de livres anciens. Il est déjà parti plusieurs semaines à l'autre bout du monde, il est temps d'essayer de reprendre une vie un peu plus simple, aussi longtemps qu'il pourra.

Notre libraire donc découvre le lieu de l'invocation: Le Caire, le sphynx...


Un ami ou une âme en peine?

Le 15 mars, Mieszko, Gabriella et Simeon décident de rendre visite à Paul Lemond, leur ami médium qui loge toujours chez sa mère, au nord de New-York.

La maison semble vide ou plutôt hanté : Irène, la maman, n'a plus que la peau sur les os, les traits tirés et semble au-delà de la fatigue. Elle, si coquette, ne prends plus vraiment soin d'elle et la maison est dans un état d'abandon avancé (vaisselle, poussière): tout est propre mais ne respire pas vraiment la joie de vivre.



Paul, lui, est alité. Il est très pâle, au bord de la crise de nerf et semble être pris de tremblement à la moindre occasion. Le sol de sa chambre est couvert de matelas pour éviter qu'il ne se blesse lors de ses "rêves/visions". Un trait à la peinture noire symbolise la limite à ne pas dépasser: Paul a peur de toucher les gens et voir leur avenir sanglant...



Dans un filet de voix, il salue nos amis et semble très ému de les revoir après tous ces longs mois. De suite il leur parle de sa dernière vision: un immortel partant de San Francisco, par l'océan, chevauchant une créature immense...

Lang-Fu


Lang-Fu a donc bien quitté le "monde des hommes" pour rejoindre Le Caire!

Paul veut aider et demande comment il peut utiliser son "don" pour empêcher que la Mort ne frappe le monde. Par le biais de Mieszko, il cherche à localiser le baron Hauptmann.

Gabriella assiste Paul et "plonge" dans son "monde onirique": Paul est une lumière éblouissante qui maintien à grand peine une horde d'ombres monstrueuses. C'est parmi ces ombres qu'il "cherche" le baron et le trouve: dans un futur proche, été?, il sera au Harem Noir, un lieu de débauche et de mort, situé en Egypte.

Pendant cette transe, Mieszko comprend qu'il aura un choix à faire: la mort du baron coupera le lien avec la "chose jaunâtre" qui maintient son pied et sa main au reste de son corps...  

Mieszko décide de rester près de Paul et de sa mère pour aider ce premier et soulager cette seconde.
Gabriella, elle, viendra une semaine sur deux pour s'assurer que Paul ne craque pas psychiquement et ne tombe dans ses propres ténèbres.

Des recherches, encore des recherches!

Le temps continue de filer. Nous sommes en avril et Anton, Helen et Rex poursuivent leurs investigations.

Anton, par ses contacts politiques, découvre que la NWI, à travers le monde, arme les forces de l'ordre avec de l'armement neuf et de pointe. S'y on ajoute à ça le contexte d'insécurité qui monte, les milices d'extrême droite qui s'arme également... Tout est réuni pour un bain de sang à la moindre étincelle... Etincelle surnaturelle comme une Bête démentielle lâchée sur le Monde ?

Helen, elle, en papillonnant de soirées mondaines en soirées mondaines, apprend qu'un professeur d'université, un archéologue réputé, est porté disparu en Egypte. Il devait rentrer après des semaines de recherches infructueuses mais promettait, dans sa dernière communication, une découverte incroyable. Pour les journalistes, l'expédition est tombée sur des brigands... Pour Helen, il n'y a pas de doute: ce pauvre professeur était trop proche de la tombe de Nophru-Ka (localisation trouvée dans les documents du baron) et il a payé le prix de sa curiosité bien innocente.

Rex, par le Bureau, apprend qu'Edward part en "tournée" en Europe, en dirigeable, pour assurer son obtention du prix Nobel de la Paix et de "leader" compétent et charismatique des Etats-Unis...


Un soir d'avril, Helen rentre chez elle après une de ses soirées mondaines. Elle remarque au niveau de la porte de son appartement une trace de graisse sur la poignée et sous sa porte. Elle tend l'oreille et entend que quelqu'un se déplace chez elle.

Elle file chez Rex pour lui demander de l'accompagner et découvrir qui est cet intrus.

Rex ouvre la porte d'entrée et tombe sur un appartement retourné: canapé éventré, livres au sol, table basse brisée. Une silhouette file dans la chambre d'Helen.

Rex le poursuit. La chambre semble vide mais notre agent fédéral a d'excellents réflexes et évite un vicieux coup de couteau. Il pointe son arme et tire sur son agresseur. La balle s'enfonce dans le costume noir du tueur mais retombe au sol dans un bruit écœurant de chair en décomposition. Rex change de tactique et essaye de le coincer dans la chambre pendant qu'Helen appelle la Police.

Rex lutte pour garder la porte fermée puis, plus rien. L'agresseur ne cherche plus à sortir... Mais des asticots, gras et blancs, commencent à se glisser sous la porte. Ils sont des milliers et commencent à reconstituer un corps, portant une lame rouillée vicieuse...



Helen revient de la cuisine avec de l'huile et de l'alcool et commence à imbiber les vers. Rex craque une allumette et la chose commence à se tordre de douleur avant de s'effondrer, "morte".

A l'arrivée de la Police, Helen joue les ravissantes idiotes et charment nos pauvres agents qui ne discutent pas cette drôle d'histoire: elle a cru entendre un bruit, son ami Rex a pris peur et un coup de feu est parti tout seul. Les traces sur le tapis? Une cigarette mal éteinte. ^^

Plus tard, Gabriella, en touchant le masque du "tueur", pourra se servir de son don et remonter les évènements: le Baron a payé cette chose pour les tuer...


En mai, prépare-toi à la Fin du Monde

Simeon enseigne le sortilège de barrière à Helen et Gabriella. L'idée est de constituer un chœur mystique qui pourra essayer de canaliser la Bête, si tout le reste échoue.

Vid, notre toujours souriant boxeur, arrive à se faire engager en tant que bagagiste pour le départ de la "tournée" d'Edward Chandler. 



Calum, notre moins sympathique trafiquant d'arme, lui, fournira les explosifs... 



Oui notre groupe d'investigateurs n'hésite pas à préparer un attentat pour éviter la Fin du Monde. Même si le prix en vie humaine risque d'être élevé et de peser sur leur conscience.


Juin: une mort pas si définitive

Le dirigeable quitte Londres en cette belle matinée du 4 juin... Vid a réussi à faire passer les explosifs et file de suite pour le bateau en partance pour Le Caire.

Il ne jette même pas un regard en arrière quand la déflagration emporte tout l'arrière du dirigeable, dirigeable qui commence à chuter vers le sol, sur un quartier défavorisé du sud de Londres...

Il apprendra dans les journaux qu'Edward Chandler, l'Homme du siècle, a été tué dans un attentat meurtrier qui a également couté la vie aux 50 membres de l'équipage et voyageurs et fait d'innombrables blessés lors de la chute du dirigeable...

Mais l'Horreur peut-elle être arrêté ?

Gabriella et Paul font un rêve immonde: ils sont coincés, sous terre... Les vis de leur cercueil... un cercueil scellé, celui des brûlés vifs... Les voix démoniaques de deux sorciers immortels... Et une main carbonisée qui sort du cercueil. Edward Chandler n'est plus mais Lang-Fu et Hauptmann ont d'autre plan pour lui. Nos deux médiums comprennent alors que ce "pauvre" Edward n'était qu'un jouet dans un complot qui ne cherche que la destruction du monde.


Pendant l'été, notre groupe, en entier, part pour Le Caire: Rex, Simeon et Jacob pour "grenouiller" et se tenir au courant des mouvements de l'Ennemi. Vid et Calum s'occupent des contacts avec le marché noir pour les armes et recruter des gros-bras et Helen, Gabriella et Mieszko arrivent en dernier.

Anton s'occupe des finances et des montages complexes...

La dernière Nuit

Nous sommes le 21 septembre, 23h, Gizeh.


Nos amis entendent les chants et devinent des silhouettes cachées entre les pattes du sphinx. 4 voitures et des hommes en armes gardent le chemin vers le sphynx. Ils ne cachent même pas leurs mitraillettes...

Les gros-bras engagés par Calum lance l'attaque sur les gardes du culte et s'occupent de la diversion.

Vid, Calum et Jacob foncent vers les sombres silhouettes, au pied du sphynx.

Les tueuses de Lang-Fu, Bao et Lao sortent des ombres et cherchent à réduire en charpie sanguinolente notre pauvre Vid. 




Ce dernier ne doit sa survie qu'à ses réflexes... La mitraillette de Calum fait ensuite place nette...

Pendant ce temps, le Baron fixe Calum de son regard de mort-vivant et le bras de notre trafiquant commence à lui brûler de l'intérieur. La réponse de nos amis est violente et faite de plomb mortel...


Le Baron se décompose à grande vitesse et disparaît dans le sable du désert.

Au même instant, la chose jaunâtre qui retenait la main et le pied droit de Mieszko meurt. Notre pauvre infirmier se retrouve amputé...

Pendant ces combats, le sphynx de Gizeh tremble et commence à se relever, la Bête est là!



Vid repère une silhouette a la démarche mécanique parmi 5 autres silhouettes en robes noires.


Il plaque le cultiste et, sans remord, brise la nuque d'un Edward Chandler qui n'est plus qu'un cadavre carbonisé.

Pendant ce temps, le choeur mystique de nos investigateurs a commencé à chanter pour donner vie à la Barrière. Simeon, Gabriella et Helen arrivent à bloquer la Bête dans la barrière et, "vicieusement" Lang-Fu s'y retrouve également.

La Bête déchaîne sa fureur et le "pauvre" sorcier immortel est broyé entre les pattes de sa "créature"...

Puis la chose se dissipe, son lien avec notre monde s'effondrant avec la mort d'Edward.


Le sable retombe doucement, il ne reste plus rien de la Confrérie de la Bête!

FIN




 

mardi 28 septembre 2021

Mes lectures: septembre 2021

 La rentrée, la reprise et... Bah en fait à nouveau du temps pour bouquiner tranquillement ^^

Je débute avec une reprise "facile": une nouvelle de Lovecraft au format carnet illustré, une valeur sûre pour lancer la machine ^^


Le Molosse

Editeur: Bragelonne
Auteur: H. P. LOVECRAFT
Illustration: Armel GAULME

Le molosse est une courte nouvelle du maître de Providence appuyée ici par des croquis et dessins d'Armel Gaulme.

Le molosse est une de mes histoires préférées car elle quitte la Nouvelle Angleterre et ses choses aux descriptions non-euclidienne ^^

Dans ce court récit, on va suivre le destin funeste de deux esthètes tombés dans une quête du macabre. Et c'est cette ambiance gothique, glauque et funèbre qui donne du "charme" au livre.

Et les croquis... C'est une aide parfaite à la lecture, on plonge dans l'histoire et on frissonne encore davantage.

Bref, c'est un excellent moment de lecture, angoissant à souhait ^^


J'avais commencé facile mon mois de lecture et, dans le rayon nouveauté de mon libraire préféré, je suis tombé sur un petit pavé de SF, auteur inconnu au bataillon, un pitch simple... Allez je me lance et zou dans ma PAL.



Cantique pour les étoiles

Editeur: J'ai Lu
Auteur: Simon JIMENEZ

Un petit bijou de SF, rien de moins mais bon, développons un peu ^^

Nous allons suivre le voyage de Nia, son équipage et un étrange garçon à travers un univers hostile, où l'homme est le pire des loups...

Un univers décrit simplement, sans des montagnes de termes abscons mais des descriptions qui font mouche.

Alors oui ce n'est pas de la hard science, pas d'explication, de théorie complexe. Non c'est juste agréable à lire, prenant.

Les personnages? Une sacrée galerie, riche, humaine et j'ai adoré suivre leurs aventures.

Bref, un très beau roman !

2 sur 2, tout va bien ^^
Bon, pour ne pas changer une équipe qui gagne, un petit conte de sir Gaiman?



Un océan au bout du chemin

Editeur: J'ai Lu
Auteur: Neil GAIMAN

Un jeune homme retourne "chez lui" après des années d'absence. Il va sur les lieux de son enfance et de sa rencontre avec cette étrange gamine qui avait un océan dans son jardin...

Une nouvelle histoire de Neil Gaiman et encore un très beau récit. L'histoire est plaisante à lire car on découvre à nouveau tout un univers fantastique. Il n'y a pas d'explication à tout et c'est encore mieux ^^

Le personnage principal, un peu comme celui d'American gods, est une figure fugitive, juste une "ancre" pour faire découvrir au lecteur un monde remplis de "magie" et de cauchemars. C'est efficace, prenant et l' immersion est ainsi totale.

Bref, un très chouette moment de lecture que je recommande !

Petite pause fantastique pour un livre qui concerne mon autre passion: le sport ^^


10 clés pour un corps en bonne santé

Editeur: Marabout
Auteur: Major Mouvement

J'ai repris le sport de façon assidue depuis maintenant quelques années, fait des erreurs et connu de "belles victoires" (oui ce moment où on arrive à faire des squats sans y laisser une rotule ^^). Du coup j'aime bien découvrir des personnes positives qui permettent de se recharger en good vibe. Tout simplement !

Et donc me voilà avec ce très chouette bouquin de Major Mouvement, un kiné bienveillant qui cherche à donner des clefs pour comprendre le fonctionnement de notre corps et pulvériser, avec humour, des idées reçues.

On a donc 10 chapitres qui, avec humour et des exercices, donnent des pistes pour se sentir bien, continuer ou même débuter la reprise en main de son corps.

Et on termine avec un programme de fitness sur 8 semaines que je vais tenter le mois prochain pour me changer les idées.

Bref un excellent bouquin, fun et accessible, pour votre avenir de sportif ^^

Bon, pour finir le mois, j'ai pris dans ma PAL un bouquin que j'avais pris sans être trop convaincu: je voulais développé un peu ma "culture geek" spécialité JDR ^^


L'empire de l'imaginaire

Editeur: Sycko
Auteur: Michael Witwer

"l'empire de l'Imaginaire" est une biographie de Gary Gygax, le créateur de Dungeon and Dragon, le premier jeux de rôle.

En un peu plus de 250 pages, l'auteur retrace toute la vie d'une des figures de la "culture geek". La biographie prend la forme d'un roman assez plaisant à lire : l'auteur romance certains passages et on n'a pas une liste de dates et de faits sans âme.

Le point qui me gêne c'est que la création de Dungeon and Dragon ne suffit pas à faire de cet ouvrage quelque chose de vraiment prenant.

Je m'explique : pendant une bonne partie de l'ouvrage, l'auteur annonce que Gary va révolutionner le monde avec son jeu, que ça sera merveilleux... Et ça dure une plombe. Bon après c'est logique, Gary Gygax a produit son jeu à 30 ans passé...

Pis on attaque les histoires de magouilles, de plantages, de coups portés à Gary... Qui, au passage, permettent de redorer le blason du sujet de la biographie qui, avant, prend cher (qui avant n'est qu'un fanatique des jeux qui en oublie sa famille et vie dans la misère car il ne garde pas ses emplois)

On a l'impression, tout le long, bah qu'il faut meubler les grands moments d'un homme, brillant oui mais un homme.

Et les 30 dernières pages qui font croire que tout vient de Dungeon Dragon, des MMORPG aux films à succès... Mouais, faut pas non plus s'emballer ^^

Bref, c'est une biographie intéressante mais, en dehors d'un rôliste, ne présente que peu d'intérêt. Dommage pour l'oeuvre d'ouverture..

En conclusion: 

Une rentrée assez sympathique avec du classique pour moi et un peu de découverte avec un très gros coup de coeur pour le Cantique des Etoiles!

Bref, poursuivons sur cette ligne avec le mois de l'imaginaire ^^

lundi 20 septembre 2021

Campagne de l'Appel de Cthulhu: Le Jour de la Bête: Chapitre 10: "Voir San Francisco et mourir"

Introduction

 Gabriella, Siméon et Mieszko sont encore chamboulés par leur voyage interstellaire mais il faut déjà prendre une décision sur leur prochaine destination.

Il y a bien cette histoire de tombe en Egypte mais nos amis n'ont pas un très bon souvenir de leur dernier passage au Caire et préfèrent éviter ce pays.

Ils décident donc de rentrer à New-York, faire le point avec le reste de l'équipe, se renseigner sur la NWI avant de, peut-être,  se rendre directement à San Francisco.

Pourquoi San Francisco? C'est le siège de la NWI, lieu qu'ils ont vu lors de leur recherche à la bibliothèque "extraterrestre".

Nous sommes le 8 février 1929. C'est le 15 février que nos investigateurs arrivent enfin à New-York après un périple interminable à travers l'Europe puis une traversée bien plus confortable.


C'est dans la librairie de Siméon, que nos amis retrouvent Helen et échangent avec elle sur leurs découvertes.

Il y a une piste à creuser: la NWI et Edward Chandler qui est "l'élu" d'une confrérie de fous furieux qui ont la volonté de dominer le Monde.

Ils apprennent également par Anton, notre politicien, que des milices d'extrêmes droites s'arment et deviennent plus violentes. Même des groupuscules de "simple contestation" ont basculé dans la violence et l'affrontement avec les forces de l'ordre, et cela ne touche pas que les Etats-Unis mais plusieurs pays.

Le sentiment d'insécurité monte et la tension est forte dans la population.


Siméon, le regard noir de sa compagne qui ne l'a pas vu depuis plus d'un mois n'a sûrement aucun rapport ^^, préfère rester à New-York. 

Nos deux intrépides investigatrices, Helen et Gabriella contactent Rex Ferguson, leur ami du Bureau pour les accompagner.


Avant de partir, Gabriella met en ordre ses affaires: son cabinet de médium a bien décliné avec son absence et il sera compliqué de remonter "la pente". Par contre elle reste sollicité par d'anciens "clients" qui n'entendent plus la voix de leurs défunts! Gabriella sonde l'astral et effectivement, les morts se taisent comme si ils devinaient l'approche d'une catastrophe.


San Francisco




C'est le 25 février que notre fine équipe s'installe dans un beau meublé de Market street pour une semaine.



Rex passe directement au BFI local mais se rend vite compte que la NWI a mis les autorités dans sa poche: elle a entièrement équipe les forces de l'ordre d'armes de poing rutilantes et fait des dons généreux aux œuvres sociales... Autant dire que le dossier d'Edward Chandler est maigre: il n'y a qu'un article indiquant la mort de ses parents dans un accident en mer, à Pearl Beach.


Le lendemain, Rex poursuit ses investigations et se renseigne sur le seul témoin de l'accident de bateau des parents Chandler: un certain Peter Baird, un ermite qui habite encore à quelques pas de la plage où l'épave a été retrouvé.

Helen, avec élégance et discrétion, se positionne dans un salon de thé proche des locaux de la NWI. Elle tend l'oreille et écoute des cadres de la société qui échangent après une longue journée de travail.
Elle apprend que le temple de Rhon Paku est LE lieu "à la mode" pour celui qui cherche un courant de pensée "bien-être et sérénité". Les cadres discutent également de l'absence du "drôle de petit chinois" qui suivait leur patron depuis des années. Helen étouffe un hoquet de surprise quand les cadres annoncent que le prix noble de la Paix n'est qu'un début pour leur patron qui mérite tellement plus...


Chinatown: une rencontre et une menace de mort

Gabriella, elle, décide de se rendre seule dans Chinatown. 


Elle flâne, se laisse tirer "les tablettes de divination". Rapidement, elle remarque qu'elle est suivie par une magnifique jeune femme, robe noire et écharpe orange.


Elle prie Gabriella de la suivre au Sanctuaire, le temple de ceux qui veulent connaître l'illumination.

Gabriella se retrouve donc dans une pagode, ceinturée de mur, devant une étrange statue de Bouddha (la représentation de Bouddha au pied de l'arbre mais là il est couché).

La jeune femme se présente: Bao et elle met de l'encens à brûler avant de servir du thé à notre investigatrice qui se sent comme un agneau perdu...

L'encens s'échappe lentement des bâtonnets qui semble luire d'une lumière bleue diffuse. Gabriella sent son don de médium se renforcer, devenir plus "simple" à contrôler. Ici et maintenant, elle se sait capable de lire l'avenir, de toucher le monde des Morts...

Bao, la fixant, lui indique que cet encens est une découverte de son maître pour permettre au monde de comprendre la vraie importance de "l'Union" et que rien ne doit l'empêcher. Elle indique donc à Gabriella que elle et ses amis partiront demain matin, par le premier train... Et ce n'est pas négociable...


La nuit, tous les monstres sont gris

Nos amis échangent leurs informations et ils décident de mettre en place des tours de gardes.

Gabriella prend le premier tour mais ne résiste pas très longtemps et tombe dans les bras de Morphée.

Rex se réveille en sursaut, dans le meublé silencieux. Sentant que quelque chose cloche, il fonce dans le salon. Il découvre Gabriella qui se réveille tout juste: elle est trempée d'eau de mer et a sur les genoux un monceau de viscères de poisson avec épinglé dessus les heures des prochains trains en partance de San Francisco...


Une balade à la plage: mélancolie et âme brisée


Pearl Beach, à 30km de San Francisco

Nos amis toquent à la porte d'une vieille maison de pêcheur décrépie. Peter Baird les accueille et les fait entrer dans son logis: les murs sont noircis de graisse et de saletés, le plancher est démolit, une unique table, un vieux banc, un fauteuil à bascule où s'installe notre ermite. Il tire de sous son matelas une bouteille à l'odeur épouvantable et sert des verres.

Après une longue rasade de cet alcool frelaté, Peter leur explique que oui il était là le soir où l'Océan a dévoré ces malheureux: "ils n'avaient aucune chance, un Océan normalement ça ne dévore pas les gens mais là il me regardait avec ses yeux rouges, tellement de rouge et de dents. Ensuite il était là, sur la plage, à hurler avec les démons, à rire aux éclats, le chinois immortel, celui qui ne vieillit pas!"

Peter se perd dans ses souvenirs et raccroche difficilement à la réalité. Il enchaîne les verres et devient plus "loquace": "Il m'a regardé droit dans les yeux, ce chinois dément! Il savait que personne ne me croirait, que personne ne voudrait m'écouter, que je ne suis qu'un lâche inutile mais amusant..."

L'ermite enchaîne: "ils ont là! Avec leur camion, les cris, la nuit, les démons qui hurlent, les yeux dans la mer! Et le matin Il sait que je vais nettoyer, que je vais enterrer les pauvres crânes noircis par le feu des bûchers! Il le sait que je ne suis rien! Un faible! J'ai essayé d'en parler mais personne ne m'écoute jamais! Il n'a même plus besoin de me tuer. Une fois j'ai voulut l'abattre ce monstre mais je n'ai pas osé, Il m'a alors tapoté l'épaule, comme à un bon chien..."

Nos amis demandent où se trouve ces crânes. Peter les accompagne en titubant dehors, descend le long de la plage et montre une cache dans le sable. Il y a un crâne noirci qui termine de s'effriter...

Gabriella le touche et cherche à voir les images du passé. Elle voit la peur, le sable, le feu, des choses sortant de l'eau, Lang-Fu hurlant comme un possédé, Bao et sa "jumelle" qui n'ont plus rien d'humain. Gabriella lâche le crâne au moment où le feu dévore la pauvre victime et le lien est rompu.

Nos amis quittent cette âme brisée pour un dernier passage à San Franscico, direction le temple de Rhon Paku.

Le temple de Rhon Paku: quand tout part en fumée

Nos investigateurs, prenant milles précautions, se rendent discrètement au temple de Rhon Paku. Ils sont accueillis par une jeune femme élégante, un peu "perdue" dans ses idées: la belle Gloria.



Elle leur indique que "Oui Rhon Paku porte en lui un message d'amour pour le Monde! Un message de bonheur et d'unité et qu'il est temps que chacun puisse se joindre à ce chant magnifique de félicité", le tout déclamer avec la plus grande des convictions avec moult mouvements de bras et de voiles.

Gloria dit que "Oui nous avons le parchemin sacré pour la grande cérémonie de l'unification et de l'éveil au Bonheur de l'équinoxe d'automne!" Bon le "parchemin sacré", comme le détecte facilement Gabriella, est une contrefaçon assez grossière d'un papier vieillit dans du thé... et surtout écrit en anglais.

Mais trêve de moquerie, un passage inquiète notre médium: une strophe écrite dans une langue étrange ressemble au sortilège qu'elle utilise pour appeler une bête d'outre-espace mais "calibré" pour faire venir un dhole!


Sachant qu'il existe un temple de Rhon Paku dans 10 des plus grandes villes du monde et que l'encens "spécial" permet de donner des capacités surnaturelles... Si on ajoute une horde de gentils chanteurs inconscients de la portée de leur chant, sur une même date...

Nos amis comprennent que le Jour de la Bête ne concerne pas uniquement le réveil d'une chose démoniaque mais également de lâcher à travers le monde des vers fouisseurs de plusieurs centaines de mètres de long.

Sans perdre son sang froid, Gabriella demande si Gloria a reçu ce fameux "encens spécial" et comment les autres temples seront approvisionnés. Gloria répond sans difficulté: "tout est stocké ici avant envoi aux quatre coins du monde, pourquoi?"

Rex et Gabriella se rappellent que la mine des Black Hills est fermée et que donc en détruisant ce stock, ils peuvent empêcher cette partie du complot.

C'est donc la nuit suivante, sous une lune laiteuse, que nos investigateurs escaladent un entrepôt non gardé, verse de l'essence sur les caisses et jettent une lampe à huile. Le feu se propage rapidement...

Il est temps de quitter San Francisco sans demander son reste ^^

FIN








dimanche 29 août 2021

Mes lectures: été 2021

 Un tir groupé pour l'été avec de très belles choses et, forcément, du un peu moins bon.

J'ai commencé avec une valeur sûre: du Neil Gaiman, un format court, au moins ça évite le risque de panne de lecture estivale ^^



Entremonde
Editeur: J'ai Lu
Auteur: Neil Gaiman et Mickael Reaves


Je dois avouer que j'étais un peu sceptique concernant ce roman : un peu plus de 200 pages, une histoire de pitch pour série TV transformé en bouquin...

Mais bon il y a Neil Gaiman, alors ça se tente ^^

On va donc découvrir l'histoire de Joey, un jeune garçon infoutus de s'orienter et de ne pas se perdre.

J'ai vraiment bien aimé ce court roman, assez simple et rapide.

Il y a de l'humour, de l'action et un sacré world building comme disent les pris ^^ C'est une idée très sympa (mais faudra lire le bouquin pour la découvrir) et qui donne une sacrée envie d'en connaître davantage.

C'est peut-être là le seul bémol c'est court et il n'y a pas de suite. Frustrant !

Mais bon j'ai passé un très bon moment avant de retourner vers un de mes pavés de l'été ^^


Après cette chouette lecture, j'ai enchainé avec, oui encore ^^, un autre Neil Gaiman qui m'a davantage inspiré ^^


Neverwhere
Editeur: J'ai Lu
Auteur: Neil Gaiman 

Richard Mayhew n'a pas une vie parfaite mais il y tient : une fiancée qui le supporte, un boulot triste, une vie à Londres sans aucune fantaisie. Une vie simple, "efficace". Puis un jour il tombe sur une jeune femme, blessée et tout bascule...


Et j'ai vraiment adoré cette histoire d'un "ailleurs", un autre monde que l'auteur nous décrit simplement, en respectant "sa" logique.


Les personnages sont passionnants, vivants, pleins de ces petites irrégularités qui les rendent "palpables".


L'histoire est bien construite, sans fioriture ou de "Richard mais oui c'est un héros en fait". C'est bien plus riche et fascinant à lire.

Bref, je quitte à regret ce roman et j'aurais aimé qu'il soit le début d'une grande saga



Bon, il est temps de quitter un peu le fantastique so british pour d'autre horizon. D'habitude, l'été, je me choisi un bon pavé et je le bouquine tranquillou en août. Cet été, lors de mon passage en librairie, je n'ai rien trouvé qui me donnait envie: beaucoup de début de saga monstrueuse (X volumes, chacun de plus de 500 pages) mais pas de "sang-neuf".

Du coup, je suis retourné vers du "classique" pour moi en attendant l'inspiration ^^


Mercy Thompson, tome 12: l'empreinte de la fumée,
Editeur: Milady
Auteur: Patricia BRIGGS

Ça faisait un moment que je n'avais pas lu d'aventures de notre garagiste favorite. Je suis tombé sur la version poche de ce tome 12 par "hasard", encore un coup de Coyotte.

Bon on retrouve Mercy quelques temps après la fin des sorcières. Les choses ne vont pas fort avec son beau Adam... Et il y a aussi un échappé d'En dessous qui peut prendre possession des gens... Et d'autres "bricoles" ^^

J'ai bien aimé ce roman : de l'action, des moments de tension, un peu de coquinerie (mais rien de trop long à lire) et de la Magie, beaucoup de Magie.

C'est un peu ça qui m'empêche de mettre les 5 étoiles. De façon paradoxal, je trouve que la "faiblesse" de Mercy est un peu trop compensé par cette magie des mots. C'est un peu dommage de palier à une particularité de notre héroïne : être la seule à ne pas être une bête monstrueusement puissante.

Rien de grave attention mais ça va orienter la suite de la saga.

Bon tant que Mercy ne commence pas à jeter des boules de feu ^^

Bref, un bon tome et j'attends de lire la suite.


Et je termine mon été avec le dernier bouquin de ma PAL avant la rentrée: du classique, un auteur "valeur sûre" mais un roman dont je n'avais jamais entendu parlé:


Dolores Claiborne
Editeur: J'ai Lu
Auteur: Stephen KING

Ce livre c'est l'histoire de Dolores, une vieille dame, qui livre son récit à la police.

Oui, nous n'aurons qu'une seule "voix" tout le long du roman. Un parti pris qui sert vraiment l'ambiance et non pas un "effet de style pour faire genre".

À travers la déposition de Dolores, on découvre une histoire ordinaire, "du quotidien" mais également empreinte de cette "magie à la King".

Ce roman s'inscrit plus dans la ligne des histoires "historiques" du maître de l'horreur que la ligne "meurtres/monstres sanglants".

C'est passionnant à lire, prenant et on termine cette histoire avec un goût de trop tôt.

Bref, j'ai adoré ce récit atypique qui mérite qu'on s'y attache ^^


Conclusion:
S'achève avec ce quatrième roman, mon été 2021 ^^ Un sans-faute mais une période plus calme en lecture pour moi (2 bouquins de moins que l'an passé et pas de pavé ^^).

Ma PAL est maintenant à zéro et je vais donc prendre le temps de préparer le prochain passage en librairie...

lundi 19 juillet 2021

Campagne de l'Appel de Cthulhu: Le Jour de la Bête: Chapitre 9: "Les grandes salles de Celaeno"


Un voyage 

Nos amis redescendent le chemin qui menait à la forteresse. Personne sur le chemin ne vient leur prêter main-forte. Les villageois les regardent passer dans la rue principale du village, sans rien dire. Le prêtre fait également parti de ces villageois choqués.

Heureusement l'auberge est en vue et nos investigateurs sont convenablement accueillit. 

Mieszko est "soigné" par Dakaria. Elle ne comprend pas son état de fatigue alors même qu'il ne porte aucune trace de blessure. Notre infirmier l'empêche de voir la matière jaunâtre qui a "cicatrisé" autour de son poignet et son mollet. Matière qui semble presque vivante au touché...


Quelques jours passent, notre fine équipe ont lu les notes du Baron, enfin quelques passages:

  • le Baron a rencontré un certain Lang-Fu, un autre "sorcier", une "âme soeur" qui, comme lui, veut changer le monde,
  • la secte de Rhon Paku a un rôle à jouer lors du Jour de la Bête,
  • la New World industrie, spécialisé en acier, minerai et armement est bien entre leurs mains, par le biais d'Edward Chandler, leur "élu".

Pendant ce temps, Gabriella prépare un projet plus dangereux: se rendre sur Celeano, une planète contenant, selon les dires du Baron, toutes les connaissances du monde. Bien entendu le voyage est encore plus "exotique" : il faut contrôler un vampire stellaire, boire une liqueur immonde et laisser la chose "s'occuper" du trajet et espérer qu'elle vous dépose au lieu voulu, sans vous dévorer au passage.

Les négociations sont délicates. Gabriella est sûre d'elle, ses compagnons beaucoup plus sceptique.

Pourtant, au crépuscule du 5 février 1929, trois silhouettes sont au milieu des ruines du château du Baron pour invoquer un vampire...

La chose, ou plutôt sa présence, se fait rapidement sentir, nos apprentis sorciers boivent le breuvage de l'espace et laissent le monstre les "engloutir" dans ses tentacules avant de partir pour une autre planète.


La bibliothèque

Le vampire dépose ses "voyageurs" sur un quai de pierre donnant sur un océan de goudron et de noirceur. Plus loin, ils aperçoivent la bibliothèque, immense.




Dans la grande salle, juste après l'entrée, Gabriella se souvient des avertissements du baron et ne lève pas les yeux vers les bruits de mastication provenant du plafond. Elle transmet à ses compagnons l'avertissement.

Simeon trouve, dans une des innombrables galeries, une pierre posée sur un lutrin massif. Il lit les inscriptions et découvre qu'un certain "Edward" a consulté cet "écrit" : la stèle décrit un sortilège, une barrière, pouvant protéger ou piéger une zone. Un moyen de contrôler la Bête si elle devenait incontrôlable?

Gabriella, elle, étudie les plaques et observe qu'elles semblent rongé, comme arraché par des dents et des griffes.

Plus étrange, quand l'un de nos enquêteurs cherchent un mot ou un concept ancien, une tablette de pierre semble "tomber" dans les étagères.

Simeon s'informe donc sur les "contrées du rêve", citées en "référence" du sort de barrière. Il tombe sur une pierre représentant une porte et, en dessous, un long escalier.

Puis ils se rendent dans une autre galerie. Celle-ci n'est pas remplie de stèle de pierre mais d'anneaux métalliques de 50cm de diamètre. Gabriella touche un des disques et tombe sur le témoignage muet d'une jeune femme participant à des enchères et achetant une étrange statue noirâtre.




Elle répète l'opération avec un autre disque et tombe sur une image fixe, d'un paysage lunaire. Puis une chose répugnante, la gueule faite de tentacule lui fonce dessus et dévore le "témoin".

Utilisant le même principe que pour la galerie des pierres, la fine équipe décident d'interroger les anneaux sur:

  • le Baron: hélas ils tombent sur la scène de torture de Mieszko,
  • Chandler: ils voient Chandler présider le comité d'administration de la NWI, à San Francisco,
  • Lang-Fu: un chinois, âgé, supervise la préparation de bâtons d'encens à partir d'un minerai étrange, minerai que Gabriella et Mieszko ont déjà croisé dans les mines de Black Hill,
  • Paul Lemond: leur ami médium est en pleine crise et sa mère lance l'enregistreur...
Ils quittent ensuite cette galerie pour une autre, bien plus étrange: des sphères de lumières tournent dans le néant, formant un ballet lent et silencieux. Quand on cherche une information une sphère semble s'approcher de nos amis mais ne laissent qu'une drôle de sensation sur les mains, une étrange odeur et des couleurs rémanentes. Cette aile de la bibliothèque n'est pas pour les humains.

Dans une dernière galerie, nos comparses tombent sur une jeune femme vêtue comme à l'époque de la Grèce antique. 




Chacun s'ignore consciencieusement et nos enquêteurs poursuivent leurs recherches parmi des mètres et des mètres de parchemins:
  • Nophru-Ka: un parchemin raconte son histoire, celle d'un prêtre dément qui s'est associé à un certain Pharaon noir pour dominer l'Egypte et noyer le peuple de pharaon dans son sang en invoquant une Bête. Il sera momifié vivant avant de commettre son forfait mais une étrange prophétie promet que son héritier pourra lui aussi réveiller la Bête et noyer le monde dans le sang.

  • Gabriella, elle, cherche un parchemin concernant cette entité qu'est Nyarlathotep: le parchemin s'ouvre sur une page argentée où Gabrielle se voit souriante, devant un paysage en flamme, avant qu'une gigantesque patte ne l'écrase et l'éclabousse de vrai sang.
  • Simeon, lui, n'ira pas au bout et laissera le parchemin traitant de Shub-Niggurath fermé...
  • Il rencontre des difficultés quand il s'interroge sur Yog-Sottoth: les parchemins apparaissent et disparaissent de façon aléatoire...
  • Le minerai: ce minerai décuple les capacités psycho-mystique même d'un "non-sorcier".



Il est temps de partir: Simeon a une drôle de sensation comme si le temps ne passait pas normalement...


Sur le quai, au moment de partir, ils voient la jeune femme sortir de la bibliothèque les bras chargés de parchemins, ignorant ainsi un des interdits: ne pas sortir d'ouvrage sous peine de réveiller le Dormeur. Une langue de noirceur jaillit de l'océan et broie la jeune femme sans pitié...




Nos amis arrivent sur terre, un 8 février 1929... Affamés et déshydratés...

FIN