Des histoires fantastiques et des contes vécuent lors de mes parties de jeux de rôle. Bonne Lecture!

dimanche 15 avril 2018

Compte rendu de la campagne "Les Masques de Nyarlathotep": Le Caire 2/2

Voici  donc la suite et fin de l'épisode égyptien.

Nous retrouvons donc Will l'espion, Andrew l'occultiste et Chester en route pour le site de fouille de l'expédition Clive.

1er février 1925, fin d'après-midi:


2h de route sur une piste défoncée, dans un vieux camion près à rendre l'âme pour arriver enfin en vue du site de fouille de l'expédition Clive. A l'entrée du site nous sommes arrêtés par une vrai brute, fusil en main, qui nous "explique" qu'il est le responsable de la sécurité du site: Martin Winfield


Une vrai tête de tueur!

Will a le bon réflexe est nous fait passer pour un groupe de soutien envoyé par la fondation Penhew... Le temps qu'il fasse les vérifications, on sera déjà repartit! Brillant le gamin quand il veut ^^

Je gare le camion et nous nous dirigeons donc vers la tente "QG": nous sommes reçu par le professeur Clive qui nous affirme que des pillards ont volé la momie que l'expédition avait découvert, il n'y a plus rien ici. Clive ne semble pas vraiment touché par une telle perte car il pense qu'il n'a trouvé qu'une salle sans grand intérêt, un leurre.

Pendant la conversation, mon attention est attirée par une lady, une vraie lady britannique perdue dans les sables: Agata Broadmoor!


Il se "pourrait" que je n'ai plus trop fait attention à la suite de la conversation et que j'ai "faillit" renverser un de ces vases par mégarde... Will a pas fini de m'en parler...

Donc Agata, elle, m'explique, en aparté, qu'elle ne comprend pas pourquoi Clive n'a pas annoncé au monde sa formidable découverte: le tombeau de la reine goule Nitocris! C'est une découverte passionnante, mais non il fait comme si c'était une vulgaire salle sans intérêt! Pourtant, elle qui peut lire les âmes, reste persuadé qu'il y a quelque chose de plus ici!

Elle est absolument captivante et je ne me rends même plus compte du temps qui passe: repas, rencontre avec deux autres membres de l'expédition... quand, après avoir raccompagné Agata à sa tente, Andrew me montre la "tente" mis à notre disposition: au fond du camp, derrière la zone des terrassiers... Bref le plus éloigné du site de fouille! Charmant!

Avant d'aller nous coucher, les gars font le point sur leurs découvertes:
- 50 terrassiers qui travaillent à désensablé les pattes du sphinx alors que la salle de Nitocris est située à une cinquante de mètres de là !?
- le "vol" est impossible, le sarcophage était scellé et pèse plus de 2 tonnes!
- le goût de sang de Winfield, le caractère lunaire de Clive... nous avons l'impression de nous retrouver avec un Gavigan ou un Shakti, rien de bon!

Nous discutons une bonne heure quand le silence nous frappe, il n'y a plus aucun bruit autour de nous alors...

Nous sortons: toutes les tentes sont vides, je me précipite vers celle d'Agata et je trouve des traces de lutte! 

Andrew lui reviens de la tente QG avec des bâtons de dynamite ?! Will avec de la ficelle à mèche... Ils sont devenus cinglés?

1er février 1925, une nuit d'horreur:

Nous découvrons un passage entre les pattes du sphinx, un trou creusé dans la pierre humide, la seule lumière venant d'une sorte de moisissure verdâtre qui pulse cette lueur maladive...

Nous devinons, au bout d'une éternité dans cette pénombre que nous allons débouché dans une salle immense où nous entendons les mêmes prières de cinglés qu'à Londres ou New-York. Andrew m'expliquera que c'est pas exactement la même chose... Je l'écoute pas quand il fait ça ^^

Will décide d'emprunter un autre couloir et nous arrivons à une brèche dans le mur de la gigantesque salle, à 20m du sol et nous nous dissimulons pour observer:
- il y a une vingtaine de cultistes hurlant, au milieu on distingue Shakti!
- les terrassiers sont agglutinés sur des "barques" au milieu d'un gigantesque bassin d'eau ? Des statues représentant hommes et femmes à tête de sphinx "décorent" les bords du bassin.
- puis je découvre Agata, en transe, menacé par Clive et Winfield! Les fumiers! Devant elle, un autel avec une momie! Nitocris?
- pour finir cette vision de cauchemars: un trou béant, démentiellement grand perce le mur du fond et semble s'ouvrir sur le néant...

Nous en sommes à discuter des options quand l'horreur commence: Shakti longe le bassin et chaque chose que j'ai pris pour une statue pousse avec une lance les malheureux dans "l'eau": le bassin est plein de sangsues répugnantes qui déciment les malheureux en quelques instants. 

Will hésite à foncer avec des bâtons de dynamite en main, Andrew refuse une option aussi suicidaire, je ne sais que faire quand l'insoutenable arrive: Shakti plante une dague en plein coeur d'Agata, retire la lame et laisse le sang être absorbé par la momie qui semble commencer à "remuer"?

Je retiens un hurlement de fureur à grand peine: les fumiers vont payer et ça va être sanglant!

Avec Will nous descendons discrètement et allons piéger l'entrée de la salle avec le peu de dynamite que nous avons...

Andrew, lui, par un coup de chance absolue, lance un bâton de dynamite sur l'autel, l'explosion pulvérise la momie, Shakti et les autres cinglés! 

Le joueur d'Andrew a utilisé sa chance et donc obtenu ce magnifique résultat ^^ Bon je n'ai pas suivi la campagne qui indique que la momie est invulnérable... ^^

Nous décampons à toute vitesse et le souffle de l'explosion nous projette dans le sable. 
Je n'ai pas sauvé Agata mais le Monde est plus sûr maintenant, enfin j'aimerais croire que tous ont péri dans l'explosion.


1er février 1925, même nuit ????:

Nous roulons comme des dingues sur la piste, je n'ai aucun souvenir précis de notre fuite juste que nous arrivons à la terrasse d'un café du vieux Caire en pleine nuit. C'est bon d'entendre les éclats de voix des gens, même si ils semblent un peu ivre ^^

Un jeune homme arrive à notre table, il est ivre lui-aussi et pose une petite bougie au centre de la table. Il reste, lui, dans l'ombre.

Nous passons commande d'alcool fort et nos verres arrivent "par magie"...

La suite n'est pour moi pas très clair mais Andrew affirme que nous n'avons pas rêvé...

Will pousse la bougie vers le jeune homme pour voir son visage mais ce dernier la souffle: nous avons juste le temps de voir qu'il n'est constitué que du noir le plus sombre, peau, vêtement, pas de visage...


"Vous m'avez fait passé une bien étrange soirée messieurs! Je tenais à vous le dire de "vive voix". Mon pauvre Shakti, mon jouet favori! Il va lui falloir un peu de temps pour s'en remettre "dit-il sur un ton amusé

" Vous m''intéressez messieurs et je souhaite vous récompenser!"

Il s'adresse ensuite à Will et fait apparaître une image de Beth en un claquement de doigts: on la voit heureuse, en robe de mariée?

Moi il me promet la vraie reconnaissance et non celle issue de mon nom, celle d'un grand aventurier qui a exploré l'Afrique!

Pour Andrew, c'est la vérité, la connaissance du Monde et de l'Univers. Des milliers de gens écoutant Sa Vérité et Lui devenant la personne l'a plus écouté du Monde!

"Je ne suis pas un menteur et je vous propose de vous récompenser car c'est ma volonté! Vous ne voulez pas me vexer, Moi ou plutôt Nous? Je croit que votre forme de vie m'appelle un... un Dieu je crois!"

Andrew accepte le marché...

Le joueur d'Andrew a donc lancé un D100 pour "illustrer" les connaissances impies que M. N lui injecte dans l'esprit: 7 (donc 7pts de Mythe mais également -7 pts de SAN) ouf, il est passé pas loin de l'annihilation pure et simple ^^

Nous sommes alors réveillé par les rayons du soleil et le personnel de l'hôtel qui se demande pourquoi notre camion a emboutit la grille de la résidence...

Ce n'était qu'un rêve? j'en doute vu le regard d'Andrew...


Fin de l'épisode égyptien, départ pour le Kenya!


lundi 2 avril 2018

Compte rendu de la campagne "Les Masques de Nyarlathotep" : Le Caire 1/2


30 janvier 1925:

Après 3 jours de bateau, avoir réussi à sortir entier de port Saïd avec nos bagages intactes, enregistrement près du haut commissaire britannique et 3h de train plus tard, nous arrivons enfin à l'hôtel.

Pour remettre tout le monde d'aplomb, j'ai osé prendre une suite dans un palace: le Shepheard's Hôtel! LE palace d'où partent toutes les expéditions, noyé dans la masse, notre petit groupe n'en sera que plus discret.


Et le soir nous prenons un moment, hélas uniquement entre gentlemans, au Celestino: un restaurant où j'ai mes habitudes quand je descend au Caire.

31 janvier 1925:

Personnages présents: Yalesha, Will l'espion, Barnabas le médecin de ville et Andrew notre occultiste

Nous nous rendons dans la rue des Chacals pour retrouver l'échoppe d'un certain Faraz Najir qui aurait vendu des artefacts à Roger Carlyle. Il doit donc savoir quelque chose!

Lorsque nous arrivons enfin nous ne trouvons qu'une ruine calcinée à l'emplacement de la boutique: tout à brûler mais bizarrement les deux boutiques voisines sont intactes...

Un vendeur justement sort de sa boutique et nous indique qu'il n'y a plus rien ici et que le propriétaire a été puni par Dieu! Rien de moins! Il nous demande de ne pas chercher à le retrouver car c'est un être maudit... Mais contre une belle somme d'argent, nous indique que Faraz a une nouvelle boutique sur le Kha el-Khalili, le vieux marché près de la Sharia Muezzedih Allah.


Étrange comme comportement: il nous dit de ne pas le retrouver et pourtant nous donne l'information.

Le midi, nous nous organisons pour approcher la boutique sans se faire repérer par les guetteurs ou autres fouines au service des fous furieux que nous devons ennuyé!

Je vais, hélas, devoir jouer mon américain grande gueule et en compagnie de Yalesha faire celui qui cherche des babioles pour sa dame restée à la maison pendant qu'il s'accoquine avec les femmes locales... Rôle répugnant mais nécessaire pour faire diversion.

Barnabas et Andrew, nos rats de bibliothèque, vont rentrer dans la boutique faire un repérage si dans ce fatras il y a des objets intéressants et "sonder" un peu le patron.

Will, lui, ira directement voir le propriétaire en donnant le nom de "Roger Carlyle"!

Le plan se passe à merveille et obtient du craintif Faraz un entretien dans l'alcôve d'une mosquée proche. Enfin "craintif", le pauvre a le visage ravagé par le feu et, Will me le racontera, et il est persuadé que le feu l'a caressé sciemment, l'a marqué et laissé en vie.



Will ira seul à ce rendez-vous et reviendra particulièrement troublé:
- le pauvre Faraz a bien vendu des objets à Carlyle ou plutôt à son agent sur place un certain Auguste Loret: un parchemin indiquant une salle cachée au niveau de la pyramide inclinée et une sorte de couronne "la clef de sa victoire sur la mort".
- il a également indiqué à Will que l'expédition Clive financée par la fondation Penhew n'est pas qu'une expédition scientifique.
- il parle d'une mosquée, la mosquée Ibn Toulun où des érudits gardent un objet de pouvoir et empêchent la fraternité du Pharaon noir de s'en approcher mais Faraz est persuadé qu'ils vont échouer...
- avant de finir l'entretien, il avoue qu'il a volé les objets vendus à Carlyle à un certain M. Omar Shakti, un collectionneur et homme d'influence du Caire.

Ce qui a le plus troublé Will, c'est que Faraz sait qu'il est condamné, qu'un jour, une heure, minute ou année une chose monstrueuse viendra "finir" le travail mais que pour le moment ça leur plait, à EUX, de le laisser assisté impuissant à leurs machinations.

Nous prenons la décision d'essayer de rencontrer M. Loret puis M. Shakti avant de partir pour la vallée des rois sachant quand nous approchant de ce Shakti, nous savons que le Mal sera juste devant nous...

Le soir c'est donc passablement perturbé que nous allons nous coucher.

1er février 1925:

La journée commence étrangement: je retrouve Will endormit sur le canapé face à la porte de la chambre de ces dames (Beth et Yalesha).

Il m'affirme avoir fait un cauchemar horrible où on finissait tous dévoré par le sable. Il est particulièrement secoué et je comprend mieux pourquoi il a veillé la porte de Beth toute la nuit.

Note du MJ: j'ai ajouté une petite séquence en faisant jouer un cauchemar à mes joueurs: réveil en pleine nuit, le sable qui se glisse par la porte d'entrée, les fenêtres et cherchent à les tuer par brûlure. J'ai ajouté les "pertes" de points de vie et fini par la vision de Beth brûlée vive par le sable avant le "réveil" de Will. 

Will et moi, nous nous retrouvons dans une ruelle mal famée du Caire, dans le quartier des tanneurs. Will est sûr de lui: Auguste Loret a un refuge dans cette rue: la porte rouge.

Nous trouvons la fameuse "Porte rouge": un taudis dont la porte laisse deviné une ancienne couleur rouge entre les moisissures et les traces douteuses. A l'intérieur un dénommé Abou Udhreh, un vieillard miséreux vivant de la récupération des coupes de peau jetés nous bloque à peine le passage...

C'est derrière une lourde teinture, gorgée d'humidité et d'une forte odeur de sang que nous "trouvons" M. Loret ou plutôt l'épave qu'il est devenu: il a les jambes emmaillotées dans des draps sales et tenue par des sangles de cuirs, il empeste le mauvais haschisch et l'urine...

Et pourtant son témoignage est encore plus horrible:
- l'expédition Carlyle a perdu l'esprit après avoir fait "disparaître" un sceau qui protégeait la salle secrète de la pyramide inclinée. Ils en sont revenus changés, en mal...
- une nuit, il a eut la preuve de leur folie quand ils ont emmenés les porteurs et terrassiers de l'expédition sous le sphinx de Gizeh et offert en sacrifice à une chose ignoble!



Puis, avec Beth et Andrew, c'est le rendez-vous avec M. Shakti...



Nous avons rendez-vous dans la plantation du monsieur et, surtout, dans sa magnifique demeure.
Après avoir traversé plusieurs salles digne d'un musée, M. Shakti nous reçoit dans un petit salon  "à l'occidental" avec son satané chat sur les genoux, l'immonde bestiole ira se "blottir" sur les genoux de Beth pendant tout l'entretien. Beth me dira plus tard que ce chat est froid comme la tombe...

L'entretien en lui-même tourne vite à l'interrogatoire et aux menaces diffuses: Faraz? un contre-temps qui sera réglée bientôt; la pyramide inclinée? la seule vérité, vous devez y aller!

Bref encore un malade, mais un malade qui détient un vraie pouvoir sur le Caire et, même, sur le temps...

Du coup le départ pour les sables me semblent presque une bonne idée...


Fin de la session










mercredi 7 mars 2018

Le sens de l'Escamoteur: galerie de personnage

Voici notre fine équipe d'investigateurs pour cette nouvelle campagne:


Darrel Christenson

Dilletante










BG:
Daniel a interrompu de brillantes études dans une université de prestige pour remplir son devoir ! Engagé volontaire par idéalisme romantique, a vite déchanté... et a fini le corps ravagé dans un lit d'hôpital.

Dilettante issue d'une riche famille, fortune industrielle, "Ithaca Gun Factory" , désœuvré, esquinté au sens propre comme au sens figuré, Daniel se laisse aller à cause du traumatisme de la guerre et de la douleur et dilapide son argent, flamme éteinte.


Il a le souvenir, un peu amère, d'une infirmière qui l'a veillait pendant ses fièvres et ses crises de douleur mais, aujourdhui l'opium lui a fait oublié son visage.


Voilà pourquoi, ce soir, il fait face à M. Lao, son dealer...



Howard Helmes

Homme politique













BG:
Howard est une figurine montante du gotha new-yorkais.

Né à New-york en 1904, Howard est le 3ème enfant de Margaret et Théodore Helms, riche industriel (métallurgie) , 35 ème plus grande fortune américaine en 1920. Catholique fervent, Howard ainsi que ses frères et soeurs profitent des meilleurs établissements scolaires privés, dans le respect de Dieu et des privilèges apportés aux nantis.

L'année dernière à l'âge de 20 ans , il est sorti major de la NYU (New-york Université, établissement privé dont la devise est "Persévérer et exceller" ) en sciences politiques.

Il a été recruté à sa sortie de l'université par Al Smith, actuel gouverneur et l'été prochain, il doit épouser sa fille, la belle Amélie.

Malgré sa bonhommie et son intelligence, Howard a dû trouvé des substituts pour rester constamment performant et a plongé dans l'enfer de l'opium.


Voilà pourquoi, ce soir, il fait face à M. Lao, son dealer...



Tony Cloverfield

Joueur professionnel













BG:


Fils d'immigré italien, il n'a connu que New-York. Il a un amour profond pour son grand-père, héros de la Guerre d'indépendance italienne , terrasé au champ d'honneur.

Membre d'un cercle clandestin, Tony, charmant et charmeur, évolue dans des hautes sphères, charmant et charmeur. Il souhaite profiter de la vie et des opportunités.

Il y a quelque temps il a gagné un ouvrage sinistre au poker et a eut la mauvaise idée de le lire. Il a alors cherché à oublier ces horribles vérités dans l'opium...



Voilà pourquoi, ce soir, il fait face à M. Lao, son dealer...

mardi 27 février 2018

Compte rendu de la campagne "Par-delà les Montagnes Hallucinées" sauce 1890: Livre IV: La Cité 2/2 FIN

Dernière session, dernier compte-rendu pour cette massive campagne entamée l'été 2017. Drôles d’impressions mais je vous les donne en conclusion. Place au compte-rendu et aux aventures de nos investigateurs.



Pendant cette séance, les PJ sont:
- Notre aliéniste, Porter Schwartz,
- Notre Lieutenant, Milton Greenwald
- Notre chasseur, Killians James


4 décembre 1892: dernière exploration et la chute de l'expédition

Nos amis commencent l'ascension d'une des rampes d'accès à la tour où les choses ont enlevé Starweather.

Tout de suite, ils ressentent les étrangetés de l'endroit: la rampe ne semblant faire qu'une dizaine de mètres de long semble en faire bien plus une fois l'ascension commencé: les distances et le temps ne semblent plus répondre à une logique cartésienne.

Ils arrivent sus un dôme percé de 5 entrées extérieures, un puit rougeoyant au centre et une rampe permettant d’accéder aux étages. La température est de 0°C.

Nos amis décident de vite monter à l'étage pour retrouver James.

La rampe perce le sol d'un dôme après une ascension interminable. Il fait maintenant plus de 10°C.
Cette pièce semble être un lieu d'histoire: le sol est recouvert d'une gigantesque carte de la région ancienne de plusieurs millions d'années: la tour est représentée au centre avec la couronne des Montagnes Hallucinées. Sur les murs, nos amis étudient rapidement les fresques et retracent l'histoire de la cité à grands traits: la guerre contre des choses d'outre-monde, la création d'une arme, puis d'un piège divin, la catastrophe de la capture d'un être quasi divin dans le piège...

Nos amis découvrent que les montages sont donc une construction parfaitement artificielle, servant de "refroidissement" à la tour.

Ils poursuivent leur ascension et arrive au niveau d'une rambarde surplombant une matrice cristalline constituée de dizaines de cristaux qui semblent flotter au dessus du sol dans une forte odeur d'ozone. La température dépasse maintenant les 25°C.

Notre courageux lieutenant descend par un "escalier de service" et s'approche de la matrice cristalline.

Il se retrouve "sous" la matrice qui lévite un peu au dessus du sol. Il aperçoit des images, des sons, des formes étranges et décide de toujours un des cristaux et...

... Il s'effondre au sol, pris d'une violente crise de spasme. Notre aliéniste se précipite pour le calmer et éviter qu'il ne se blesse. Le lieutenant rouvre les yeux et ne semble plus savoir où il est, la sensation ne dure pas mais il reste groggy et très malhabile.

Notre lieutenant est entré en connexion avec la matrice et donc avec l'ensemble du dispositif qui maintient le Dieu oublié enfermé. "Normalement", dans le cadre de cette campagne, il est indiqué que l'âme du joueur est balayé et qu'il n'est plus qu'un "témoin muet": j'ai préféré laissé mon joueur poursuivre l'aventure avec un personnage en lien avec un complexe démentiel qui "grignote" son âme au fil du temps.

Nos amis quittent cette salle et reprenne la montée.

Ils arrivent dans une salle circulaire, au centre, et il y a 5 pièces donnant sur ce centre. La rampe, maintenant, enserre une colonne centrale et permet d'accéder à un autre palier.

Il visitent les salles, l'arme au poing.

Killian, notre chasseur, ouvre la marche et se dirige vers une salle percée d'un trou béant donnant sur l'extérieur: il observe la cité dans son intégralité, depuis une hauteur impossible: la cité doit couvrir des km et km carré.

Puis ils avancent tous vers une salle et se retrouvent confronter à cette distorsion de l'espace: l'intérieur de la pièce est couvert de montagnes d'ossements, des pîles macabres d'une dizaine de mètres de haut... Et aucune tête n'est visible...

La salle suivante: une pierre s'incline vers un bassin dans lequel on distingue une boue noirâtre qui "glougloute". Nos amis reculent prudemment et ne poussent pas plus loin leur investigation.

Puis c'est la salle de "repos" des choses: deux lits (?) sont aménagés avec les vêtements de l'expédition Lake et celle, plus récente, de l'expédition Lexington... 

La salle suivante semble être une salle de "détente": une table faite en peau de phoque albinos, tendue sur des os, des créations cristallines et des "tableaux" en noir et blanc racontant les derniers événements vécus par les choses: le "réveil" de leur sommeil de glace, l'attaque de l'expédition Lake, la découverte de l'état d'abandon de la cité et la tentative de "réparer" le piège divin...

C'est le lieutenant qui comprends parfaitement ces toiles et l'écritures des choses qui donnent tous ces renseignements. Il ne comprends pas pourquoi ces amis le regardent si "étrangement": après tout, pour lui, ils sont au coeur d'une machine formidable qu'il faut sauver de la destruction ( ^^ ).

Il a également la vision parfaite de la mort de Starkweather, enfin la mort, disons que pour notre lieutenant, il a rejoint une chose magnifique et éternelle...

Nos amis poursuivent leur ascension et arrivent sur le dernier palier: une pièce immense dont les murs sont couvert d'une sorte de gelée monstrueuse maintenant des centaines et des centaines de crânes immobiles: deux choses sont en train de finir "d'installer" la tête de Sarkweather dans cette matrice cellulaire et une sorte de "tâche d'encre" vivante semble les aider...

Les choses se retournent vers nos amis et leur demandent, le plus "naturellement" du monde de faire don de leur vie pour empêcher la libération du Dieu oublié: plus précisément de leur tête et le système nerveux...

Killian se déchaîne alors et tire au fusil de chasse sur les choses. Le combat s'engage. Porter est gravement blessé et tombe, saignant d'une profonde entaille dans le dos. Killian et le lieutenant, sous la panique, déchargent leurs armes et réduisent les choses en charpies...

L'encre noire vivante, elle, reste hors de portée, effrayé par ces"humains" qui ont tué ses maîtres.

Porter est soigné sommairement, il survivra mais avec une méchante cicatrice dans le dos.

Maintenant vient LA question: la réparation de fortune des choses ne va pas durer et le Dieu va se libérer, que faire?

Ils décident de partir, de laisser le complexe s'effondrer et laisser le Dieu reprendre sa "route" stellaire.

Ils entendent un bruit de succion venant de l'étage inférieure et aperçoivent une autre "encre noire" vivante quittant la salle de "dissection". Le lieutenant saisit une arme "électrique" des choses et décide d'essayer de se faire obéir de cette "encre vivante". Il arrive à sa hauteur et la frappe avec le pieu: la chose se rebiffe immédiatement et lance un tentacule d'encre vers le lieutenant qui n'arrive pas à esquiver le coup: "heureusement" que son lien avec le complexe, lui a fait perdre une bonne partie du sens de la douleur car sa main est disséquée en quelques secondes par la chose: les muscles sont à vif, sa main droite est morte.

"Normalement", dans la campagne, l'auteur indique que c'est un bras entier qui fini en paquets de nerfs frémissants... j'ai trouvé ça un peu too much.

La chose poursuit sa route... Nos investigateurs la suivent de loin et découvre qu'elle semble rejoindre, par un puits, d'autres choses bien plus anciennes dans les "égouts" de la ville. des choses encres noires âgées de millions d'années.

 Scène qui n'a pas eu lieu ^^


Nos amis sentent alors que le complexe commence à s'effondrer et s'enfuient à toutes jambes. Ils rejoignent le frère Sorenson survivant et quitte la cité alors que le souffle d'une titanesque explosion et le bruit d'un violent glissement de terrain: la cité se meurt...

Mais nos amis ne verront pas les conséquences de cette explosion car ils sont déjà loin ^^

Sur le trajet retour ils décident de mentir: il n'y a rien Par-delà les Montagnes hallucinées et Starkweather est mort dans un glissement de terrain.

Ils rejoignent leurs compagnons au camp Lake et annoncent la nouvelle au professeur Moore qui étrangement semble soulager: sa psychose a pris de l'ampleur et il a "gommé" les découvertes qui risquaient de le faire basculer: les dernières découvertes sur le camp ont été ensevelies à nouveau. 

J'ai ensuite jouer en ellipse le retour à la civilisation.

Nos amis retrouvent l’Angleterre le 31 janvier 1893 et c'est la fin de leur aventure polaire...

Dans les journaux, absent à leur retour, ils apprennent que le professeur Moore a mis fin à sa carrière sous les huées de ses pairs, Acacia Lexington est placée dans un sanatorium grand luxe et n'en sortira sûrement jamais et les membres de l'expédition coupent les ponts entre eux et rejettent le fiasco de cette expédition sur les épaules de Moore...

 FIN

Je n'ai pas fait jouer le livre V: la fuite car je trouve compliqué de "tenir" encore la campagne après le final dans la cité des glaces, je trouve cela un peu artificiel de poursuivre ainsi la campagne et donc j'ai coupé!

Conclusion:
Cette campagne est vraiment un monstre à maîtriser et je dois avouer que je suis sorti éreinté de la dernière séance de jeu. Quand je parle de "monstre" c'est surtout que la campagne demande un énorme travail pour se l'approprier et la faire jouer dans un temps raisonnable sans diluer à l'infini des livres peu passionnants: New-York, l'Océan et la Glace. 

En effet ces livres sont censés être joués en plusieurs dizaines d'heures alors même qu'ils ne se passent pas grand chose ^^ Je ne développe pas le fait qu'un "échec" sur ce passage rends impossible le débarquement de l'expédition une fois arrivée au pôle sud...

Après la cité est un chouette moment qui n'ai pas simple à faire jouer: les joueurs ont tendance à "foncer" et donc les visites annexes passent vite à la trappe. En même temps faire jouer pendant des heures l'exploration d'une cité figée dans la glace où il ne se passe pas grand chose non plus.

Par contre j'ai esquivé la question de la "réparation" du piège: comment un investigateur peut-il reproduire le processus de dissection par un shoggoth d'un être humain pour inclure ensuite sa tête dans la matrice monstrueuse... c'est juste une aberration!

En conclusion cette campagne est certes un grand classique mais elle manque singulièrement de quoi maintenir l'intérêt des joueurs et m'a donné du fil à retordre et un sacré boulot de refonte! ^^

Maintenant place à une nouvelle campagne: "le Sens de l'escamoteur"







lundi 19 février 2018

Compte rendu de la campagne "Les Masques de Nyarlathotep" : Londres


Pour le compte-rendu de cette campagne, je vais utiliser le journal intime de Chester Lake, un PNJ qui accompagne mes investigateurs. 


J'espère que le compte-rendu des aventures de mes joueurs sera un peu plus ludique de cette façon ^^




Aujourd'hui c'est le compte-rendu des aventures londoniennes de mes investigateurs...

Andrew Pickman (notre occultiste) et le charmant espion William Anderson sont nos protagonistes pour cette session.

22 janvier 1925: Arrivée à Londres

Avec les deux gaillards, nous descendons au Sir Christopher Wren's House Hôtel, une charmante maison où j'ai mes habitudes. Bon ça permet également de loger Beth et le bon docteur.

23 janvier 1925: Rencontre d'un vrai salaud

Nous avons rendez-vous à 10h à la Fondation Penhew pour rencontrer son directeur Edward Gavigan. Nous mettons en place notre petite histoire: Andrew est notre professeur, William, son assistant et moi le riche mécène.

Gavigan nous fait entrer dans son magnifique bureau. Il nous raconte que Carlyle avait bien obtenu des renseignements, par l'intermédiaire d'une mystérieuse africaine sur une époque obscure de l'Histoire égyptienne. Sir Penhew l'a accompagné, passionné par cette période. Hélas ils se sont fait escroqués par cette africaine et conduit dans un piège mortelle pour se faire détrousser et massacrer... 

Il semble presque trop affecté pour être vraiment honnête, un sacré comédien! Puis il commence, l'air de rien à nous demander d'où nous venons, si nous avions rencontré un journaliste à scandale à New-York (je suis fier d'Andrew qui lui ment sans se dégonfler) et où nous logeons (bon Andrew se ramasse et lâche le nom de l'hôtel).

Gavigan, regardant l'heure, nous indique qu'il doit décaler un rendez-vous pour pouvoir continuer à nous recevoir, nous fait sortir du bureau pour passer un coup de fil.

Gavigan nous montre ensuite sa collection d'antiquités égyptiennes... Les relevés de recherches d'une certaine expédition Clive... Et il nous prend juste pour des cons... 11h30 quand on arrive à le quitter.

Pour éviter les filatures, nous coupons par le parc proche. Le smog tombe et nous nous retrouvons un peu trop vite seul. Il y a un bruit dans le smog, puis un rire de gosse, un sale rire démoniaque oui et quelque chose semble nous foncer dessus, semble car on ne voit rien, absolument rien.

Puis plus rien, plus de mouvement dans le smog et, une fraction de seconde trop tard, nous comprenons que la chose est au-dessus de nous et elle attaque: Will se fait planter dans la gorge, puis le sang gicle et la chose devient visible pendant que Will, lui se vide.


Andrew aligne, avec un calme impressionnant, sa cible et vide son chargeur. La chose lâche enfin Will qui s'effondre.

La chose hurle de colère et Andrew continue, sans ciller, de tirer, tirer, tirer jusqu'à entendre le clic du chargeur vide. Heureusement la chose s'effondre au sol et commence à se dissoudre.

Will est mourant! Cet imbécile, il va me claquer dans les pattes et c'est Beth qui aura ma peau. N'y compte pas! Tu vas vivre! Je trouve une voiture et on file à l'hôpital puis à l'hôtel où le bon docteur s'occupe de lui.

Le regard de Beth, ce regard quand on a ramené son andouille adoré (mais ils vont jamais s'avouer qu'ils s'adorent ces deux-là?)... Vous, les cinglés démoniaques, j'aimerais tellement pas être à votre place ^^

23 janvier, même journée ou plutôt même soirée:

Nous nous rendons à la Pyramide Bleue. Pourquoi? Les jeunes ont lu dans les journaux que des meurtres sanglants frappent la communauté égyptienne et que tout ce beau monde coexiste avec les blancs à la Pyramide Bleue: un cabaret un peu coquin avec des danseuses du ventre.

Et qui accompagne Andrew et moi... Eh oui, Beth se retrouve à jouer "ma" poule... 

Sur place, la Pyramide Bleue est un cabaret glauque, sentant fort les épices pour gommer l'odeur de sueurs rances de voyeurs blancs et des filles exploitées. 

Nous prenons une loge et nous verrons bien. Rapidement nous repérons une jeune danseuse, moins esquintée que les autres qui essayent de nous rejoindre mais est stoppée par des clients ivres. Nous attendons, puis je vais la chercher, faisant miroiter les billets, pour la mise en scène.



Elle s’appelle Yalesha et nous affirme qu'elle est en danger car son frère a disparu et que ça sera bientôt son tour. Elle ne veut pas se retrouver dans le camion qui quitte le cabaret avec de riches clients et des filles... car les filles... elles... ne reviennent jamais!

Nous quittons l'établissement pour ne pas lui attirer trop d'ennui et nous planquons dans la rue, dans une camionnette miteuse.

Vers 22h30, nous voyons arrivé notre Gavigan, accompagné d'un égyptien. Ils discutent comme si ils refaisaient le monde et, hélas, c'est peut-être ça leur projet à ces malades.

Minuit, nous entendons un coup de feu, puis Yalesha qui surgit de la Pyramide Bleue. pas d'hésitation, nous l'embarquons et filons vers notre nouvelle planque: un hôtel des docks, moins classe mais bien plus discret.

Yalesha, après un peu de repos, nous explique qu'un camion vient régulièrement prendre des filles, puis part pour la campagne anglaise, dans un lieu de "célébration". Un culte démoniaque, des fous bavants...

24 janvier 1925: raid sur la maison de Misr

Nous nous préparons, Beth, Andrew et moi pour suivre discrètement le camion, trouver des preuves et prévenir ensuite la police.

C'est déguisé en ouvrier que nous planquons dans une camionnette pleine de charbon et suivons le camion de la mort à bonne distance. Rapidement nous quittons Londres, puis la banlieue, puis nous arrivons dans le glacial comté d'Essex.

Le camion s'arrête derrière les lourdes grilles d'une propriété perdue dans les marais: la maison semble si enfoncer et derrière, nous apercevons une colline couverte de feux et où semblent se diriger une foule immense.

Nous, c'est la maison la cible: nous rentrons, sentons le souffle d'un air vicié, une odeur de sang et trouvons, dans le salon, la cheminée "déplacée" découvrant un passage.

Sur les premières marches, nous trouvons des traces de sangs, des crochets en fer. En bas? Des cellules, des salles de tortures mais hélas rien de plus, enfin, pas de survivantes, elles sont déjà parties vers cette colline...

Andrew, lui, est à l'étage, il fouille ce qui semble être le bureau de Gavigan et tombe sur une lettre d'une simplicité morbide: la preuve que le meurtre de Jackson Elias est le résultat d'une conspiration mondiale mais surtout c'est le destinataire de la lettre qui nous glace le sang: Sir Aubrey Penhew, le soi-disant mort, disparu de l'expédition Carlyle...

Nous filons sans demander notre reste, enfin "nous" filons... Andrew décide de regarder le début de la cérémonie monstrueuse. JAMAIS, JAMAIS je ne veux savoir ce qu'il a vu!

De retour à l'hôtel, nous prévenons la Police et, surtout, préparons notre départ pour le Caire pour y débusquer cette secte du Pharaon noire!

FIN

PS: un peu plus tard, nous apprenons que seulement des membres de la communauté égyptienne ont été arrêté. Un certain Tewfik al-Sayed semblait être le chef de ce culte de dingues sanguinaires. 

MAIS il est retrouvé mort dans sa cellule, pendu selon les journaux... Mouais, vu la chose qui nous a attaqué en plein parc, j'ai des doutes!

Et bien-sûr l'autre fumier, l'aristo de malheur, ce Gavigan, est encore libre de tuer...







mardi 23 janvier 2018

Compte rendu de la campagne "Les Masques de Nyarlathotep" : New-York

Pour le compte-rendu de cette campagne, je vais utiliser le journal intime de Chester Lake, un PNJ qui accompagne mes investigateurs. 

J'espère que le compte-rendu des aventures de mes joueurs sera un peu plus ludique de cette façon ^^





15 janvier 1925

Comme je l'ai promis à William, pendant que cette andouille fait le tour du monde pour protéger les secrets de la Reine, je garde un oeil sur "sa" Beth, histoire qu'il ne lui arrive rien en attendant que cette re-andouille comprennent la chance qu'il a de l'avoir... Bref!

Beth et un certain Andrew Pickman m'ont demandé de les accompagner à New-York pour rencontrer en toute hâte un journaliste, un dénommé Jackson Elias, un gratte-papier de l'occulte qui a des infos sur la défunte expédition Carlyle. Soit, j'aime bien New-York, surtout si j'ai moyen de trouver un ou deux objets africains pur ma collection...

Nous avons rendez-vous ce soir, chambre 410, hôtel Chelsea.

15 janvier 1925, minuit

Mais dans comme quoi la mignonne m'a embarqué, bravo mon Chester! Roi des C... Bon il faut que je me calme, les autres sont en sécurité, calme-toi mon grand!

Reprenons...

Nous avons rendez-vous à 20h, à l'hôtel Chelsea avec ce journaliste. Avec Andrew on inspecte le salon-bar, la réception, rien.

20h30, Beth demande au réceptionniste d'appeler la chambre 410: pas de réponse.

Beth décide de monter à la chambre pour voir quand ce satané journaliste va enfin se décider à descendre. Elle file donc.

Un instant plus tard, je vois Beth qui m'appelle et me demande de la suivre. Vu le regard, ça sentait déjà les ennuis...

J'arrive à la chambre et là: on retrouve le journaliste empalé par une lame africaine, une rune de mort gravée sur le front et les salauds qui s'enfuient (ils sont déjà loin et leur Ford démarre en trombe, raté)!

Beth et Andrew sont drôlement calme et collectent les documents qui ont "survécu" à la fouille musclée des assassins. Puis on redescend pour prévenir la police.

C'est le lieutenant Poole qui arrive, avec deux uniformes pour prendre nos dépositions (et hop le nom de Lake dans une affaire de meurtre, chapeau!). Il nous demande également d'être très prudent car depuis 2 ans c'est le neuvième meurtre d'une sorte de culte de sauvages! De mieux en mieux...


16 janvier 1925:

Aujourd'hui a été une sacrée journée:
- Andrew nous a fait une belle journée à la bibliothèque. Voilà. J'exagère: il a trouvé trace de ce culte sanglant qui aurait été chassé d'Egypte pour trouver refuge au Kenya: le culte de la langue sanglante, beurk

- Avec Beth on a bien avancé: elle a trouvé une carte de visite d'une entreprise sur le dock de l'Hudson: Ermerson Import et un nom au dos.
Sur place, je fais passer Beth pour mon assistante qui gère mes affaires au quotidien pendant que je fouine un peu dans l'entrepôt attiré par deux-trois bricoles d'art africain. Beth gère très bien son affaire et reviens avec une piste en or: le nom sur la carte est celui du propriétaire de la boutique Ju-Ju (une boutique d'occultisme africain au milieu d'Harlem) et le signalement des gros bras de ce monsieur correspondent à celui de nos assassins! Bingo! 


En fin d'après-midi nous récupérons Andrew, une vieille guimbarde pour pas faire tâche au milieu d'Harlem, des déguisements de manœuvre et zou on planque devant la boutique.

On voit bientôt arriver un couple de blanc puis nos trois grands gaillards accompagné d'un kenyan qui semble avoir une sacrée autorité sur ces tueurs.

Plus rien...

Vers minuit on ressent une sorte de mouvement dans le sol puis plus rien...

A 2h du matin, on voit ressortir le blanc (sans madame), les trois tueurs et leur chef puis un vieux monsieur, kenyan également.

Plus rien...

On planque encore un peu quand Andrew me fais signe de démarrer au plus vite: un des tueurs arrive comme une bête sauvage sur nous avec cette horrible lame, la soeur jumelle de celle qui a empalé le journaliste!

Andrew, que j'aime bien en fin de compte, tire sur le fanatique qui a quand même le temps d'enfoncer 20 bon centimètre de lame  à travers du bon acier de Chicago. La portière est découpée comme du papier mais le fou est mort. Bien entendu on ne demande pas notre reste et on file à l'hôtel pour faire le point.

17 janvier 1925

Le plan est le suivant: il semble que notre prochaine destination soit Londres, Andrew et Beth sont persuadé que le fondation Penhew cache quelque chose sur l'expédition Carlyle, et quelque chose de pas nette!

Donc je vais préparer notre voyage et le départ pour demain car justement voici la suite du plan: assaut sur la boutique Ju-Ju avec la police... Effectivement c'est bien de prévoir de prendre la mer ensuite ^^

17 janvier 1925, le soir:

Nous avons mis la main sur quelque chose d'énorme et de monstrueux. Je sais pas ce qu'il y avait en bas mais ça a tué les policiers, ça a résisté aux balles et c'est surement toujours en "vie". Andrew l'a vu mais je refuse d'avoir trop de détail.

Il n'y a plus rien à la boutique Ju-Ju, PLUS RIEN!

Partons!

Fin de la première session

dimanche 7 janvier 2018

Compte rendu de la campagne "Par-delà les Montagnes Hallucinées" sauce 1890: Livre IV: La Cité 1/2


30 novembre 1892:

Après en avoir longuement discuté, nos amis (Killian, chasseur; le lieutenant, Corey Fitzpatrick, l’ethnologue et Porter Schwartz, l'aliéniste) partent explorer la grotte découverte par Killian mais sans donner trop d'information au reste de l'expédition.

Nos amis ne veulent pas garder toute la "gloire" pour eux mais faire attention au professeur Moore qui présente des signes évidents de nervosité.

La grotte présente de suite une anomalie importante: à peine entré, la température monte à 0°C  alors même que dehors la température descend à -12°C.
Nos amis trouvent des traces de l'expédition Lake: une table renversée, des outils de géologue et, surtout, cinq excavations découvrant 5 loges de pierre dans la paroi: notre ethnologue remarque que la taille des cadavres de choses correspondent à ces emplacements. Il est persuadé qu'il s'agit en fait de tombes...

Un peu plus loin, un couloir descend plus bas. La descente dure 2h dans une pénombre absolue et la température continue à grimper pour atteindre les 12°C. A ce moment, nos amis découvrent des champignons bleues et verts qui éclairent faiblement leur descente sur une "rampe" qui semble artificielle.

Ils arrivent au bout du chemin et arrivent sur une "plage" de galet et un lac souterrain dont ils ne deviennent ni la hauteur de la grotte ni l'autre rive.

Corey, notre ethnologue, a un réflexe malheureux et goûte l'eau du lac pour vérifier son éventuel salinité (eau douce en fin de compte).

Echec d'un jet de constitution plus tard: infection parasitaire lié à une eau contaminée depuis des millions d'années. Il va avoir droit à un violent traitement à base de lavement à l'alcool fort... Mais la pudeur m'interdit de développer la suite ^^

Killian, lui, entends un bruit d'éclaboussure typique d'un phoque ou autre animal mais ne distingue rien.

Après avoir fait plusieurs prélèvements, nos amis remontent à la surface.

Ils retournent au camp Lake mais préfèrent garder le secret sur leur petite escapade.

Dans la soirée, le professeur Moore demande un entretien à notre aliéniste: il est au bord de la crise de nerf et épuisé. Le professeur explique que toutes ses découvertes sont exceptionnelles mais qu'il a peur de sombrer dans la même folie que son collègue le professeur Lake.

1er décembre 1892:

Starkweather a une de ses "crises" d'enthousiasme: il veut partir sur la percée, la "route" qui passe au milieu des montagnes vers la peut-être visite d'une cité!

Nos amis décident de le suivre et préparent donc un traîneau, l'expédition est donc constituée:
- Starkweather
- le jeune frère Sorensen
- Killian, le chasseur
- Porter, l'aliéniste
- le lieutenant.

La préparation est rapide mais efficace et dans l'après-midi ils sont sur la voie "royale" vers une destination inconnue.

2 décembre 1892: 


Après avoir traverser la passe, les deux traîneaux filent sur une piste de glace sur une plaine immense couverte de glace et de neige à perte de vue. Un plateau de pierre noire, de plusieurs kilomètres de diamètre, est visible, couvert d'une étrange brume.

Arrivé au pied du plateau, nos amis passent au pied de deux immenses colonnes représentant les choses que le professeur Moore a redécouvert au camp Lake mais de plus de 15m de haut et portant encore une certaine magnificence malgré le passage des éons.

Puis c'est l'ascension d'une voie vers le plateau sur une VRAIE voie.


Ils arrivent sur le plateau et se retrouvent sur une gigantesque place, des tours, des pyramides, des habitats rectangulaires figés dans la glace et la neige s'offrent à nos amis.


Ils s'installent dans deux "logements" et commencent leurs explorations.


Starkweather et Sorensen partent de leurs côtés et nos amis recherchent, eux, des traces de mouvements. Hélas ils les trouvent rapidement: ils ont été repéré par quelque chose...

18h: nos amis sont installés dans leur logement et comptabilisent leurs découvertes: des pièces de monnaies étranges, du bois pétrifiés mais surtout des plaques recouvertes d'une "écriture en points" trouvés près d'un bâtiment plus imposant ressemblant à un cirque romain... Quand soudain ils ressentent une vague "d'énergie" les traverser: ils ont alors l'illusion de revoir la cité lors de son heure de gloire: place du marché sous un soleil estival, le bruit des échanges entre les habitants mais sans comprendre la langue... Puis l'illusion se lève avec le ressac de la "vague d'énergie".

La nuit est donc des plus étranges dans cette cité peut-être pas si abandonnée.

3 décembre 1892:

Nos amis poursuivent leurs explorations et visitent plusieurs bâtiments effondrés et découvrent que les habitants de la cité étaient férus d'astronomie car chaque toit des bâtiments présentent des inscriptions d'une carte stellaire et d'opérations mathématiques incompréhensibles. Toujours dans cette langue étrange...

Ils n'ont pas le temps de pousser très loin leurs investigations car le bruit d'un coup de feu retendit.

Nos amis se précipitent en essayant de s'orienter dans la cité. Ils tombent alors sur le jeune Sorensen, violemment blessé au ventre: une griffure qui a traversé toutes les protections contre le froid et une terrifiante silhouette dans le ciel emportant un Starkweather hurlant.

Ils retournent au "camp" et soignent le pauvre Sorensen qui va rester avec les chiens pendant que nos amis se dirigent vers la destination probable de la chose: la tour sombre et immense qui domine la cité.

4 décembre 1892:

Nos amis arrivent en vue de la tour, de l'immense tour de plus de 50m de haut et, surtout, semblant vibrer d'énergie quand...

... le lieutenant et notre aliéniste observent un bouillonnement d’énergie dans les nuages et comprennent que les "nuages" sont une chose indicible constituée d'éclairs et de noirceurs. La chose semble contenu dans un "filet" d’énergie mais une boursouflure semble sur le point de faire craquer la toile et...

... Nos amis se retrouvent plongé dans le temps et découvre la cité des choses très ancienne lorsqu'elle dominait le monde, avant même l'ère de l'humanité. Le "voyage" ne dure qu'un instant avant que la toile d'énergie n'arrivent à contenir son puissant prisonnier.

Fin de la session